A MARCEL ORMOY -J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

A MARCEL ORMOY

 

Un miracle trompeur m’amène aux carrefours,

            comme vous, des visages,

et je suis étranger à tous les paysages

            qui me proposent leurs amours.

 

Ah ! quand pourrai-je, Ormoy, me parant d’autres grâces,

            dire les sentiments

que m’auront suscités mes éblouissements

            par la voix seule de ma race,

 

afin d’être mieux digne et fier de l’amitié

            que m’accorde votre âme ;

afin, surtout, afin d’entretenir la flamme

            qui meurt dans mon âtre oublié ?

 

Qu’est-ce, sinon le sang qui coule dans mes veines,

            et ma charte, et mon fonds,

et les morts qu’on oublie au siècle où nous vivons

            dans leur déroute souterrain

 

Ah ! puisse tout cela briller à l’avenir

            sur le front de ma muse !

Elle mériterait de vous, ma voix confuse,

            laquelle aurait pu s’affermir

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – XXX - XXXI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article