A PHILIPPE CHABANEIX - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

A PHILIPPE CHABANEIX

 

Mission du poète ?

 

                         Insolence, Philippe ! –

Lisant tous les aînés et fumant dans leur pipe,

je n’ai pu me gorger des lumières torrides

qui dévorent nos monts et nos landes arides,

ni baigner mon regard de lune et de rosée !

J’ai négligé nos nuits d’étoiles irisées,

nos matins, Adonis éternels dans leur gloire

de se voir refletés dans l’innombrable moire

de nos fleuves ; nos soirs, rois trahis par les ombres,

qui, de leur palais d’or, gisent sous les décombres

tandis qu’ascend au ciel, vibrant de nostalgie,

le coeur auquel l’Amour a donné sa magie

des filles d’Iarive au front couleur de sable…

 

Demain, plus tard, ma voix sera moins périssable

pour s’être éperdument aux tombeaux affutée,

et, s’étant du sang vif de mes morts suscitée,

pour avoir su puiser sa cadence et sa grâce

dans le fonds poétique éternel de ma race.

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – XXXIII

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article