Antananarivo, ville fleurie, charme ses visiteurs

Publié le par Alain GYRE

Antananarivo, ville fleurie, charme ses visiteurs

28.12.2017 Notes du passé

«La capitale du roseau et de bois périssables était devenue de pierre et de briques durables» (Sibree, architecte). Mais les Européens ne se contentent pas de reconstruire la ville, ils font aussi beaucoup pour l’embellir.

« Alors qu’il n’y avait pas d’arbres autrefois, ils ont appris aux habitants à cultiver les beaux arbres, les arbustes et les fleurs exotiques. Eucalyptus, filaos, bouguinvilleas, lilas du Cap sont plantés à partir de 1865. » Les botanistes du Spécial Tananarive de la Revue de Madagascar (1952) citent alors Sibree : « Et vingt ans plus tard, on en rencontre partout. »

Le goût des jardins et la culture des fleurs se propagent très rapidement chez les habitants d’Antananarivo. sans être exhaustif, depuis les choux et les laitues jusqu’aux pruniers et pêchers en passant par les roses, les œillets, tout est aussitôt recherché, planté, diffusé et adopté d’enthousiasme par les Merina, soulignent les auteurs du numéro spécial de la revue de Madagascar.

Ces derniers insistent notamment sur le domaine catholique d’Ambohipo parce que c’est là qu’éclosent les projets d’utilisation des arbres en vue de l’urbanisme. Le parc est créé sur les terrains d’alluvion des bords du lac de Mandroseza, où sont essayées quarante sept familles d’arbres tant européens qu’exotiques. Il restera l’ancêtre de tous les parcs et jardins d’Antananarivo. C’est aussi là que fonctionnent les nouveautés « que pouvaient représenter pour les Tananariviens un moulin à vent, une pompe aspirante et refoulante et enfin une charrue ».

C’est aussi à Ambohipo qu’ils prennent l’habitude d’aller se procurer « les premières pommes de terre, laitues et carottes ainsi que les premiers choux, céleris et artichauts ». De leur côté,  les résidents anglais rivalisent pour obtenir les meilleurs plants, les meilleures graines.

Selon le Dr Henri Poisson, tous les poètes, tous les amis de la Nature sont séduits par le charme d’Antananarivo, « ville fleurie étendue largement sur ses collines granitiques, roses à l’aurore, plus dorées au coucher du soleil. Les  uns l’ont chanté en vers harmonieux, les autres n’ont cessé d’admirer la splendeur de ses jardins et ses belles frondaisons d’arbres séculaires ».

Le Dr H. Poisson rappelle d’ailleurs que, déjà, sous la monarchie merina, les dignitaires et les familles riches introduisent dans leurs vastes propriétés les plus beaux arbres du pays. Ils cultivent aussi « avec soin » les roses, les œillets, les hortensias, les fuchsias et une grande variété de bégonias aux feuillages bigarrés.

Et si Jean Laborde crée à Mantasoa des jardins magnifiques et le premier parc zoologique et botanique, ce sont surtout les Réunionnais et les Mauriciens établis à Madagascar « qui ont amené et développé le culte de la fleur, rappelant à leurs yeux les splendeurs naturelles de leurs iles ». À partir de la période coloniale, au Jardin botanique de Tsimbazaza, à la fin de la saison sèche, les rocailles splendides offrent aux visiteurs les riches palettes écarlates ou jaune d’or d’Aloe et des Kalanchoe.

En outre, les voyageurs ou les touristes qui arrivent à Antananarivo pour la première fois, sont « littéralement » éblouis, surtout le vendredi, jour du marché hebdomadaire du Zoma, par la profusion des fleurs proposées aux acheteurs. Et le Dr H. Poisson d’énumérer : « En mai et juin, ce sont les reines-marguerites, les gaillardes, les coréopsides, les zinnias  aux teintes multiples, les cosmos roses, rouges ou blancs, les tagètes rutilants d’or et les tons chauds des œillets mêlés aux suaves émanations des violettes ; en décembre, des roses  et des dahlias somptueux. »

À côté des végétaux autochtones tels les orchidées, acanthacées, fougères, palmiers…, la majeure partie des fleurs sont cultivées dans la capitale, comme les roses, glaïeuls, œillets, verveines, zinnias, immortelles, pieds d’alouette, lis, pavots, bleuets, géraniums, bégonias, etc.

« Elles forment dans les faubourgs et la banlieue des étendues multicolores. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/antananarivo-ville-fleurie-charme-ses-visiteurs/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article