« Beaucoup d’arbres n’aiment pas la civilisation »

Publié le par Alain GYRE

« Beaucoup d’arbres n’aiment pas la civilisation »

27.12.2017 Notes du passé

Pour terminer leur leçon de botanique, Rakoto et Elie Jouve visitent le Parc d’Ambohijatovo où ils admirent des cyprès chauves, des goyaviers-fleurs, des peupliers d’Italie… (lire précédentes Notes). Mais aussi des tulipiers du Gabon dont les belles fleurs rouges persistent toute l’année et en font des arbres ornementaux des pays chauds et humides, par excellence.

• Elie Jouve : Mais le climat de l’Imerina est trop froid pour eux. Remarque aussi  ce noyer, que je crois être un noyer pacanier d’origine américaine, un Olivae-formis. Cette espèce est plutôt rare à Tana, de même que ce pin magnifique à longues feuilles pendantes, installé sur la pente, près du tunnel Cayla (d’Ambanidia) et qui semble être, sous toutes réserves, un Pin excelsa ou pin pleureur de l’Himalaya.

• R. : Est-ce que tu connais le zahana que j’aperçois près d’ici, dans un jardin privé ?

• E.J. : C’est vrai J’ai oublié de te parler de cet arbre endémique de la forêt de l’Est, remarquable par son magnifique feuillage agrémenté de délicates petites fleurs roses. À l’entrée du sentier qui grimpe vers Ambohijatovo, tu vois aussi un « sahy » ou roucou, curieux par ses grosses et multiples capsules brunes, garnies de poils rudes et remplies de petites graines rouges. Mais dis-moi, que marques-tu sur ton papier ?

• R. : Si c’est un bon arbre, je mets Tsara, si c’est mauvais, j’écris Ratsy. Pour ne pas me tromper plus tard.

• E.J. : Très bien, mais nous n’avons pas encore fini, tant il y en a ! Allons du côté du Palais de la Reine. Regarde, près du mirador du poste de police d’Ambohijatoovo, ces quelques arbrisseaux au feuillage composé qui ressemblent à des Jacaranda. Ce sont des flamboyants, mais ici, leurs fleurs rouges ne flamboient pas. Le climat ne leur vaut rien. Tu peux marquer Ratsy…

• R. : Et que voit-on ici à Andohalo?

• E.J. : Sur le terre-plein de l’État-major, Place d’Andohalo, tu vois quelques superbes Cryptomeria japonica, au port élancé, très élégants avec leurs rameaux disposés en verticilles étagés harmonieusement et impeccablement ordonnés. Nombreux sont ceux qui existent en ville, dans les propriétés privées. Moins commun est l’Araucaria imbricata ou Excelsa, très décoratif également. Montons au Rova… Connais-tu ces grands arbres qui ornent la cour du Palais de la Reine ?

• R. : Oh ! oui Vazaha. Ce sont des amontana, notre arbre sacré d’autrefois. Il y en a dans tous les Rova, à Ambohimanga, à Antsahadinta, à Ambohidratrimo, à Ilafy, à Alasora et dans beaucoup d’autres endroits historiques de l’Imerina. Autrefois, on célébrait beaucoup de cérémonies sous leur ombrage.

Et cet autre arbre est également sacré pour nous, l’ aviavy, avec ses feuilles plus petites et qui tombent.

• E.J. : Tous deux, l’ amontana et l’ aviavy sont des espèces de figuiers plus ou moins comestibles. Évidemment, ceux-là, tu vas les noter Tsara !…

• R. : Vrai ! Mais il faut quand même que je réfléchisse. Le climat, le sol, les graines bonnes ou mauvaises, moi, je n’y crois pas. Ce n’est pas du tout ça, Vazaha. Je crois que j’ai trouvé pourquoi ça pousse ou ça ne pousse pas à Tana.

• E.J. : Tu es plus fort que moi, Rakoto ! Dis un peu ta raison… ?

• R. : Eh ! bien, c’est qu’il y a beaucoup d’arbres qui n’aiment pas la civilisation. Ils préfèrent la vie sauvage, le grand air, sans le bruit et sans la fumée des autos. Surtout, c’est parce qu’ils sont un peu comme les femmes, ils ont l’esprit de contradiction. Tu voulais qu’ils poussent, ils n’ont pas poussé. Les autres, ils ont poussé tout seuls sans que tu le veuilles… et tu ne sauras jamais pourquoi, malgré tes études et ton expérience.

Recueillis par Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/beaucoup-darbres-naiment-pas-la-civilisation/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article