Avoir le « Mpaka ra » de son côté

Publié le par Alain GYRE

Avoir le « Mpaka ra » de son côté

30.01.2018 Notes du passé

Comme dans la précédente Note, nous vous présentons un autre texte cité par Faranirina Esoavelomandroso en annexe à son étude sur la première épidémie de peste à Antananarivo en 1921 (revue historique  Omaly sy Anio, N°11, janvier-juin 1980).

Cette fois-ci, l’intitulé est « Comment l’on évite le diagnostic de peste », maladie jugée inexistante (lire précédente Note). Les Tananariviens qui ont des malades, évitent autant que possible les médecins « réputés » comme consciencieux dans la déclaration des maladies contagieuses. « Et ceux-là sont vite repérés. » Et en fin de compte, « on ne songe plus à la morte ou à l’agonisante, on ne cherche qu’à user de tous les moyens pour obtenir la faveur complice du Mpaka ra, le soutireur de sang… ». Pour prévenir une éventuelle rafle, on déménage les effets de la malade et l’on fait fuir ceux qui l’ont soignée.

Quand vient « le médecin vérificateur » (la plupart du temps c’est un infirmier, précise Faranirina Esoavelomandroso), on lui prodigue le meilleur des sourires. Et- avec un bon discours du Raiamandreny-, on lui passe d’avance le « sakafo kely » (enveloppe garnie ) comme préalablement calculé à faire effet sur ce « demi-dieu » qui, « d’un coup de plume sur le rapport qu’il va rédiger », est capable de régler le sort de la défunte et des parents : « La première à être inhumée en dehors du caveau de famille, et les parents à être raflés et envoyés au lazaret. » Le prélèvement est alors pratiqué.

Puis, c’est le tour du Rapport qui consiste à remplir les blancs sur un imprimé spécial. Le médecin demande des renseignements, la famille répond aux questions- « On ment autant qu’on peut… »- sur la durée de la maladie, sur les symptômes présentés, et le Rapport s’en va avec les frottis du prélèvement.

« C’est à cette épisode de la scène qu’on se rendra compte clairement de l’importance de la fausse idée enracinée dans ces cerveaux naïfs. » Car au lieu de pleurer l’être cher, on discute sur le résultat éventuel de l’examen des frottis, lesourire du « soutireur de sang » à son départ, l’effet certain de la grosse somme qui lui a été remise en échange de sa complicité, etc. Et l’angoisse règne durant quelques heures d’attente du « Mpitondra ra » (porteur de sang) que l’on bourre de pourboires et de recommandations. « Et on le piste au loin à l’aide d’un système de relais au signal convenu » : tel un coup de lamba si le sang est pur et… rien du tout en cas de résultat positif.

Et quelle fête si, de relais en relais, « le coup de lamba heureux» annonce que « le Mpaka ra » n’a pas changé la maladie en peste ! « Les femmes dansent, les hommes s’affairent pour organiser les cérémonies de l’inhumation au caveau familial. » Les membres du Fokonolona, les Fiangonana (paroissiens), les connaissances et amis des alentours affluent pour assister à l’enterrement et « admirer le Mpaka ra… Un compatriote fidèle qui se fera plutôt blâmer par le Fanjakana que de s’associer aux trucs infernaux de ce dernier ».

Pour contrer ces « inventions ancrées dans l’esprit crédule des Malgaches », l’Administration coloniale mène une grande sensibilisation (propagande, disait-on à l’époque) pour dissiper la terreur et l’inquiétude de la population. Dans des conférences publiques, la nécessité des mesures de prophylaxie contre la peste est mise au grand jour par médecin. Y assistent les élèves, les instituteurs officiels, les chefs de canton et leurs secrétaires, et les notabilités du district.

Le conférencier expliquera en bien choisissant ses termes que la peste existe réellement ; qu’on ne la fabrique pas comme on le croit à tort ; que la vaccination protège contre la peste ; qu’il ne faut pas cacher les malades atteints de peste, car en les présentant vite aux médecins, dès le début de la peste, on arrive souvent à les sauver ; que l’administration française, « par tous ces moyen bizarres employés jusqu’ici (vaccination, désinfection, prélèvement de sang sur les cadavres) ne cherche qu’à détruire la peste à Madagascar et délivrer les Malgaches de ce fléau terrible, capable de faucher des milliers de vies humaines en quelques semaines, si la lutte n’est pas entreprise et poursuivie jusqu’à son extinction complète » ; que les sanctions prises ou à prendre contre ceux qui cachent leurs malades et ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, ne sont pas des moyens d’oppression, mais des mesures d’utilité publique adoptées pour protéger le peuple malgache contre le ravage de la peste.  Et surtout et enfin, « coloniser, pour la France, n’est pas prendre un territoire que l’on vide de ses habitants par des moyens expéditifs. »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/avoir-le-mpaka-ra-de-son-cote/

Publié dans Histoire, Notes du passé, Peste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article