Des belles collines rattachées au Rova de Tsinjoarivo

Publié le par Alain GYRE

Des belles collines rattachées au Rova de Tsinjoarivo

03.01.2018 Notes du passé0

 

La commune rurale de Tsinjoarivo  conserve de très jolis sites autour de son Palais royal. Mahatsinjo est autrement appelé la « Colline aux Soixante Hommes » depuis 1832. D’après les villageois, ce sont des prisonniers issus des quatre coins du Royaume merina, réduits à l’esclavage à perpétuité pour avoir exporté illicitement du riz à une époque où la Cour d’Antananarivo décide de chasser tout étranger qui refuse de se soumettre aux lois et aux corvées royales (sous Ranavalona Ire). Ils sont toutefois choisis parmi les détenus auxquels le gouvernement peut se fier. Ils sont à la fois des corvéables, des soldats et des colons.

Leur mission est, en effet, triple, car la butte de Mahatsinjo traduit tous les sens du terme: guetter, apercevoir, prévoir la subsistance en cas de pénurie. En effet, situé à mi-distance entre Nandihizana et le Rova, Mahatsinjo permet de guetter l’arrivée d’éventuels ennemis. De plus, il est prévu qu’en cas d’attaque venant de l’extérieur, ils auront à prêter main forte à la garde royale en attendant l’arrivée des soldats de Vohitrarivo. C’est également sur ce sommet que le peuple acclame l’entrée de la Reine dans le Rova. Enfin, en tant que colons, ils ont défriché le terrain pour y cultiver des arachides. La production sert à la fabrication d’huile et à l’alimentation.

Plus tard, avec l’arrivée des Français qui ont aboli l’esclavage, la plupart retournent dans leurs pays d’origine, emportant leurs morts. Aujourd’hui, il ne reste plus aucune trace de leur présence puisque le lieu est devenu un champ de tubercules des villageois.

Mais on trouve aussi à Tsinjoarivo la Colline des Trente Hommes. Pour bâtir les pavillons du Rova de Tsinjoarivo, Jean Laborde fait appel, en 1834, à des artisans locaux, depuis rattachés au service de la Résidence royale. Ils sont au nombre de trente, tous spécialisés dans leur domaine respectif, la charpente, le fer, la construction. Pour faciliter et accélérer les travaux, on les installe sur cette colline avec femmes et enfants. La construction terminée en 1836, ils y restent pour assurer les réparations et les entretiens des pavillons. Et comme les 60 hommes de Mahatsinjo, ils renforcent également la garde royale en cas d’attaque extérieure. Ce qui ne s’est jamais produit. Aujourd’hui encore, on peut remarquer  sur les lieux un foyer à trépied, une des trois réserves de riz et un tombeau. Un peu plus loin, deux autres caveaux se font remarquer. L’ail est le seul tabou à cet endroit.

L’Onive qui coule au pied du Rova de Tsinjoarivo, l’encercle à l’ouest et au sud avant de poursuivre son cours vers l’est pour rejoindre le fleuve Mangoro, près de Moramanga. Dans la commune de Tsinjoarivo, plus précisément à partir d’Ambatomainty en amont, elle est constellée de sept îlots (quatre à l’ouest du Rova, trois à l’est) dont le « Nosin-dRamahatra » et le « Nosin-dRamonja ». Le septième est Anosimasina, au pied de Vohitrarivo.

Beaucoup de mystères planent autour de ce dernier îlot et les dires des villageois diffèrent concernant le tombeau tout en pierres construit sur la butte qui le surplombe. En tout cas, du fait même de son nom, Anosimasina, il est certain qu’il s’agit de gens de caste noble. Il est également sûr qu’il s’agit de sœurs. Les personnes interrogées varient sur le nombre de corps qui y sont ensevelis. Les uns parlent de sept sœurs (sept comme les îlots), certains de trois, d’autres encore indiquent le chiffre huit. C’est ce dernier nombre qui est admis par la majorité des natifs de la zone. Ils ignorent cependant qui elles étaient et dans quelles circonstances elles étaient mortes.

Pourtant, en 2009, un homme évoque un seigneur, celui qui résidait à Vohitrarivo avant d’emménager sur la colline voisine Manjaka, à l’arrivée de la reine Ranavalona Ire. En réalité, une autre tombe se trouve à l’est du premier tombeau où serait enseveli le père des huit jeunes princesses. Mais rien ne prouve qu’il s’agisse de celui de l’ancien seigneur de Vohitrarivo.

Des trépieds en pierre de foyer sont encore visibles. Ils semblent indiquer que l’îlot est jadis habité car ils traduisent les soirées au clair de lune « Takariva amorom-patana » durant lesquelles différentes activités se tiennent. En particulier, les adultes éduquent les enfants à travers des contes ou discutent sur un sujet plus ou moins important touchant la vie communautaire. À moins qu’ils ne s’amusent en improvisant des discours, usant de proverbes et de « hain-teny » des plus expressifs. De leur côté, les jeunes gens rivalisent dans les « hain-teny » de leur crû par lesquels ils déclarent leur flamme aux jeunes filles. Celles-ci, pour leur part, chantent, dansent pour les charmer… Activités qui se font simultanément ou non. Un sentier aujourd’hui enfoui sous les broussailles mène au tombeau. Celui-ci est d’ailleurs sévèrement protégé par la végétation. Ce qui laisse sous-entendre que plus personne ne monte jusqu’au sommet de la colline pour apporter des offrandes. Les sacrifices de coq rouge se font désormais au pied de la butte.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/des-belles-collines-rattachees-au-rova-de-tsinjoarivo/

 

 

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article