HASINA - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Arbres

à Henri de Régnier.

 

Arbres de la cité, depuis combien d’années

Nous nous parlons tout bas !

Jean Moréas.

 

3

 

HASINA

 

Fiançons aujourd’hui nos graves destinées

et qu’en l’azur nos chants aient une voix égale :

nos âmes sont pareillement infortunées

 car nous avons perdu notre force ancestrale !

 

La terre qui nourrit tes vivaces racines,

les ramiers dont l’amour élit ta touffe sombre,

ni l’air bu ne sont pas ceux de tes origines,

et ta présence ici n’est que celle d’une ombre !

 

Quant à moi, fils des Rois d’une époque abolie,

reposant au rebord d’un tombeau qu’on oublie,

je chante d’une voix qui n’est pas de mes morts !

 

Mais, nous savons, palmier, vivant notre nouvelle

vie, avoir le front ceint de nos fleurs les plus belles

et nous jouer ainsi des rigueurs de nos sorts !

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – LXVII

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article