Les malheurs du négociant Lebel dans l’Est

Publié le par Alain GYRE

Les malheurs du négociant Lebel dans l’Est

08.01.2018 Notes du passé

«Les tribulations de Lebel,  négociant-voyageur, sur les Hauts-plateaux malgaches (1800-1803) » est le titre d’un document de J.-C. Hébert, publié dans la revue historique Omaly sy Anio du second trimestre 1979.

Quelques années après qu’il débarque dans l’Ile de France (Maurice), en 1777, Lebel peut acquérir un bateau et se lance dans la commerce de traite. Négoce qui le mène surtout sur la côte africaine, au Mozambique, et de là, aux Seychelles où il introduirait des esclaves. « Ces iles, au Nord-est de Madagascar ne sont qu’un relais pour atteindre les Mascareignes, sur le trajet normal dicté par la direction des vents alizés. »

La Révolution française ne lui apporte que des déboires, indique J.-C. Hébert. D’une part, « la traite fut interrompue presque totalement pendant une dizaine d’années ». D’autre part, ses nombreux débiteurs ne le paient pas et « il est lui-même aux abois ».  En 1797, il achète un nouveau bateau, l’ « Elisabeth ». Ses créanciers le font saisir, mais il peut néanmoins lever la saisie et achète des marchandises de traite. Il quitte l’Ile de France le 3 aout 1798, pour commercer à Madagascar.

« Mal lui en prit ! » À peine est-il arrivé sept jours dans la rade de Toamasina que son brick est saisi par les Anglais, le 13 aout, alors qu’il charge du fret. Il sauve toutefois une partie de sa cargaison, mais se fait ensuite voler et son magasin est incendié. Son malheur ne s’arrête pas là, car là-dessus, il est atteint de fièvre et reste malade durant presque toute l’année 1799. C’est à cette époque qu’il rencontre le botaniste Michaux, installé à Isatrana avec le naturaliste Chapelier.

Fin 1800, il est à Iaroka, petite bourgade sur le fleuve du même nom (aujourd’hui le Rianala), située sur l’itinéraire des traitants allant de Toamasina jusque dans l’Ankay, sur le chemin des Hautes-terres de l’Imerina. En mars de l’année suivante, après quatre mois de séjour à Iaroka, il forme une petite expédition grâce aux relations qu’il s’est faites. D’ailleurs, dans une lettre en date du 10 juin 1802, « il avoue avoir reçu pour femme, la petite-fille unique de Tama-Sin-Dia (Toamasin’andria) des mains de son grand-père et qu’il était lié à Tsialana, frère du roi Zakavola, chef de Tamatave ».

D’après J.-C. Hébert,  ses relations semblent encore bien meilleures avec les gens d’Iaroka où il se familiarise avec la langue locale. Il engage des « marmites » (porteurs, hommes à tout faire) et s’enfonce dans la forêt de l’Est, en direction de l’Ankay. Là, il doit attendre plus d’un mois la saison de la traite. Il ne peut ramener d’esclaves avant que les bateaux ne soient annoncés dans la rade, et il en profite pour poursuivre sa route en direction d’Antanana­rivo, « dépassant les montagnes de Tanambolo (Angavo), fin mai-début juin 1801.

Dans une autre lettre du 20 mai 1802, il affirme qu’il aurait « contracté des liaisons étroites avecDianampoïne (Andrianam­poinimerina), souverain du païs d’Ancove et d’Emir». Hébert commente : « Ce qui n’est peut-être qu’un euphémisme pour dire qu’il ne le rencontra point, la ‘liaison’ se faisant par personne interposée. »

En tout cas, il franchit la chaine de montagnes « extrêmement hautes du Tanaboul (Antanambolo ou Angavo), courant Nord-Sud et paraissant le plus élevé de l’ile ». Lebel ajoute que « ces montagnes séparent (forment frontière) le pays du nord d’Emir (Imerina) occupé par les Oves (Hova) ». Il précise : « Je les ai dépassées en prairial an IX (fin mai-début juin)». Pourtant, il n’indique pas s’il atteint Antananarivo.

« On pourrait le supposer puisqu’il prétend avoir noué des relations étroites avec Dianampoïne. Mais pas plus qu’il ne décrit la ville, il ne dépeint le grand roi Andrianampoinimerina qui s’était installé dans la capitale depuis quelques années seulement. »

Dans la même logique, Hébert estime que s’il rencontre effectivement le grand roi au cours de son premier voyage, après avoir franchi les montagnes d’Antanambolo situées à l’ouest du Mangoro, il n’aurait pas manqué de l’annoncer au général Magallon. Mais il n’en dit mot dans sa lettre du 20 mai 1802. En fait, il ne parle que de la périodicité des marchés qui se tiennent chaque mercredi. « Il n’aurait donc atteint qu’Ambohiboromanga, village situé entre l’Imerina et l lisière de la forêt de l’Est où avait lieu le marché du Mercredi. »

Ses opérations de traite terminées, son retour est assez précipité  car il se méfie des brigands qui hantent les défilés. Il les « déçoit par une marche célère ».

 

Texte : Pela Ravalitera - Carte : P. Lapie

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/les-malheurs-du-negociant-lebel-dans-lest/

Publié dans Histoire, Notes du passé, Lebel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article