Madagascar: un assistant parlementaire au cœur d'un trafic de tortues étoilées

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: un assistant parlementaire au cœur d'un trafic de tortues étoilées

Une tortue étoilée, ici lors d'une saisie d'un lot de 150 tortues en 2014 à l'aéroport de Roissy, en provenance de Madagascar.

© AFP PHOTO / DOUANES FRANCAISES

Par RFI Publié le 15-01-2018

A Madagascar, 126 tortues radiata (ou tortues étoilées) ont été saisies à l'aéroport international d'Ivato, dans la capitale, jeudi 11 janvier. Une annonce de la police de l'air et des frontières malgaches ce week-end. Espèce protégée et endémique de Madagascar, les tortues étoilées sont régulièrement l'objet de trafic. En début de semaine dernière, ce sont déjà 460 tortues qui ont été saisies à bord d'un bateau au large de la ville de Morondava, dans l'ouest du pays. Cette fois-ci, c'est un assistant parlementaire d'un député de la ville de Toliara (Tuléar en français) qui a été arrêté par les forces de l'ordre malgache en possession de tortues dans ses valises.

Passeport de service et ordre de mission du président de l'Assemblée nationale à la main, l'homme pensait pouvoir échapper au contrôle de la police de l'air et des frontières. Mais en ouvrant les deux valises avec lesquelles cet assistant parlementaire voyageait, les forces de l'ordre ont découvert 126 tortues étoilées juvéniles emballées dans du film alimentaire et recouvertes de couches pour bébé. Déshydratées lors de leur saisie, les tortues ont été remises au service des Eaux et forêts, auprès du ministère de l'Environnement.

Le présumé trafiquant allait prendre un vol pour le Kenya puis pour le Vietnam. Les tortues victimes de ces trafics sont en général destinées aux pays asiatiques où elles sont très prisées et deviennent des animaux de compagnie. Elles se vendent selon les espèces jusqu'à 10 000 dollars.

 

http://www.rfi.fr/afrique/20180115-madagascar-assistant-parlementaire-coeur-trafic-tortues-etoilees

 

Publié dans Faune, Tortue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article