Poème: ORANGER - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Arbres

à Henri de Régnier.

 

 

Arbres de la cité, depuis combien d’années

Nous nous parlons tout bas !

Jean Moréas.

 

 

6

 

ORANGER

 

Incessant renouveau d’un arbre qui vieillit,

fruit gonflé du soleil des zones les plus calmes,

ô source aérienne, ô source au coeur des palmes

et dont le jet sucré pour notre soif jaillit,

 

disputerai-je autant à l’abeille sauvage

qui prépare son miel en ta maturité,

qu’à l’oiseau dont le chant nous annonce l’été,

la clarté, le parfum, le goût de ton breuvage ?

 

Au moins, lorsque ton ombre accueillera le soir,

je viendrai savourant les Eglogues, m’asseoir

devant le paysage auguste et magnifique,

 

et vivre sous ton vocable, jusqu’à la nuit,

fiançant, oranger nuptial, mon ennui

aux tristesses d’un ciel profond et pacifique !

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – LXX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article