Un tribunal au rituel compliqué

Publié le par Alain GYRE

Un tribunal au rituel compliqué

06.01.2018 Notes du passé

Après les différents préparatifs en vue d’une ordalie par le tanguin d’un présumé sorcier, le maitre de cérémonie qui administre le poison, en général un prince, procède à l’épreuve préalable sur les deux petits poulets, afin de tester l’efficacité du produit. Et ce, toujours en s’adressant au Mana­mango, l’esprit du tanguin, qui est « juste et équitable » (présentation de Lucile Rabearimanana, 1975, lire précédente Note).

Toutefois, le rituel exige que le premier petit poulet  risque la mort, tandis que le second sera épargné. Il est à rappeler que tout se déroule dans une case fermée qui ne laisse passer aucun rai de lumière.

Après cette épreuve préalable, c’est au tour de l’accusé de passer en jugement. D’après le Manuscrit de l’Ombiasy anonyme, les assistants du prince administrateur du tanguin, lui font avaler, un à un, les morceaux de peau de poule. Puis, il se traine un peu vers le sud de la pièce, les assistants lui confectionnent un petit coussinet d’herbes, ressemblant à celui qu’une chercheuse d’eau met sur sa tête sous la cruche, pour s’asseoir. Ils lui disent d’allonger les jambes, lui versent un peu d’eau dans les mains qu’il passe sur la tête, la poitrine et les pieds.

Ceci fait, le maitre de cérémonie lui fait boire le tanguin, en disant : « Je vais prier car je n’ai pas vu de mes propres yeux, je ne fais que mon devoir. » Autrement dit, il n’a pas été témoin du crime dont est  accusé le suspect. Cousins, dans son Fomba Malagasy, écrit, pour sa part que l’accusé boit le tanguin avant d’avaler les trois morceaux de peau.

C’est là que le prince administrateur du tanguin commence à prier : « Ô Manamango, tu es maintenant dans le ventre d’Untel, tu as déjà observé, tu as cherché, tu as recherché, tu as scruté son cœur, son être, tu as pu tout voir à travers ses os et sa peau, tu as pu reconnaitre le bien et le mal dans son ventre. Alors, s’il n’a pas ces sortilèges mortels, s’il n’a pas de charmes capables de tuer (…), mais que les gens se sont servis de sortilèges pour qu’il soit vaincu à l’épreuve, des pièges contre les innocents (…), tu es le porte-parole du Créateur, le remplaçant de Dieu qui ne peut être atteint par les sortilèges, redonne-lui la vie, ranime-le promptement, prends soin de sa vie, prends soin de son cœur, hâte-toi (…) déverse-toi, répands-toi sur la nasse, que le roi et le peuple te voient, car tu ne devrais pas être dans le ventre d’Untel s’il n’a ni sortilèges ni mauvaises intentions… »

L’accusé défait alors le coussinet sur lequel il est assis, lui donne un coup du pied gauche et se pousse vers le nord de la pièce.

Les assistants du maitre de cérémonie puisent avec une assiette de terre ou un fragment de calebasse la bouillie de farine à laquelle on ajoute de la bouillie froide si c’est trop chaud, pour qu’il puisse la boire sans difficulté.

Pendant tout ce temps, la famille et les proches de l’accusé attendent à l’extérieur de la maison le verdict du tanguin. Ils prient aussi : « S’il a bien ces sortilèges, s’il a ces mauvaises intentions qu’il meure ; s’il n’a rien de cela, qu’il vive ! » Ils le répètent comme une véritable litanie et les assistants du prince font avaler  de la bouillie de farine à l’accusé jusqu’à ce qu’ils rendent les trois morceaux de peau de  poule ou qu’il soit vaincu. Et même si les morceaux de peau sont vomis, on continue à lui donner de la bouillie jusqu’à ce qu’il n’en a plus envie.

On lui donne alors un peu de riz cuit ou « tsakitsaky » à mastiquer, suivi de « ranon’ampango » pour se laver les mains et se rincer la bouche. On lui sert également un peu de « ventin’ampango» dans lequel on prépare le « ranon’ampango ». Le « ventin’ampango » est constitué par les grains de riz grillés, collés aux parois de la marmite une fois que l’on y verse de l’eau à  chauffer.

Après avoir mangé le « ventin’ampango », on prend de l’eau dans une cruche à laquelle  on ajoute du « tsiriry » et du « ahibita », herbes considérées comme sacrées, et une pièce de monnaie. L’accusé innocenté se baigne avec cette eau.

L’épreuve du tanguin, après les félicitations  à l’accusé jugé non coupable, ne prend fin que lorsque le souverain l’ordonne. Et qu’aucun autre présumécoupable n’est présenté pour la même affaire.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/un-tribunal-au-rituel-complique/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article