Des maisons inconfortables d’une seule pièce

Publié le par Alain GYRE

Des maisons inconfortables d’une seule pièce

15.02.2018 Notes du passé

Le Français Mayeur dans sa première description de l’Imerina, signale la rareté des constructions en bois. « La majeure partie des maisons est bâtie en pierres crépies avec de la terre et couvertes avec du jonc. Celles qui sont faites en bois (et elles ne sont pas communes) sont bordées avec du jonc, plâtrées en dedans avec de la bouse de vache et tapissées en nattes. Il y en a quelques-unes en terre seule, ce sont celles des gens les plus pauvres. Ces maisons ainsi revêtues sont parfaitement closes et fort chaudes. »

D’après Jean-Claude Hébert (lire les deux précédentes Notes), cette technique de construction est toujours en usage, au début de la seconde moitié du XXe siècle, dans les provinces et il a habité une telle demeure pendant trois ans et demi à Mitsinjo. La bouse de vache sert de liant à la chaux. Pour faire la cuisine ou se chauffer en hiver, ajoute-t-il, on est contraint de ramasser des bouses de vaches que l’on fait sécher avant de l’allumer.

Lors de son deuxième voyage en Imerina, la description de Mayeur varie quelque peu.« Les maisons des Hova sont bâties solidement et en bois, quoique le bois soit fort éloigné et très cher ; mais l’intérieur en est malpropre… La tourbe et la bouse de vache qu’on brûle à défaut de bois rendent encore, par leur épaisse fumée, le séjour de ces habitations plus désagréable et plus sale. Les toits sont couverts en paille. Il y a aussi des maisons construites en terre glaise mêlée de paille hachée et de petites rocailles. »

Quant aux habitations des Bezanozano auxquelles l’auteur fait référence, une excellente description en est donnée par Dumaine lors de son Voyage fait en pays d’Ancaye en 1790.« Les maisons forment, comme partout ailleurs, un seul appartement, qui sont meublées d’un lit fort élevé pour éviter la persécution des puces… Les murs des maisons sont composés de joints triangulaires d’un bois fort dur, qui se joignent par des nattes de roseaux… ; la couverture des cases est de paille mise à la palette dans les métairies de France. Il n’y a que deux portes qui ressemblent beaucoup à des fenêtres par leur élévation ; lorsqu’on veut entrer dans l’intérieur des maisons, il faut poser le pied sur des piquets d’environ deux pieds de haut, et qui sont placés en dehors et en dedans pour faciliter l’introduction. Le pignon des bâtiments se termine par une fourche qui surpasse de beaucoup le toit… »

J.-C. Hébert indique que cette description des maisons de Fiadanana s’applique, à quelque chose près, aux habitations d’Antananarivo, comme le décrit Chardenoux, lors de son voyage en 1816.

« À Tananarive, toutes les maisons sont construites en bois et bordées en petites trinques. Elles ne sont tenues en terre que par les quatre poteaux corniers qui sont très forts et les trois fourches de faitage qui les tiennent en terre qui est fort dure, et ils n’ont pour toutes ouvertures que porte haute et très étroite ainsi qu’une fenêtre du même côté, de sorte qu’elles sont très sombres. Elles sont couvertes en joncs et fort élevées. Dans les campagnes, les maisons sont faites en mur de terre rouge, en couche de mottes les unes sur les autres et couvertures de même en paille. »

J.-C. Hébert fait remarquer que ce n’est que sous le règne de Radama Ier que les riches, et seuls les riches, commencent à copier la demeure du roi. Il reprend, à ce propos, un extrait d’une lettre de James Hastie au Rev. David Griffiths de la London Missionary Society, en date du 18 février 1821.

« La population de la capitale peut être estimée à 8 000 âmes. Les demeures des riches sont confortables, leurs dimensions sont généralement de 28 pieds de long, 24 de large et 18 pieds de hauteur de murs. Elles sont construites en bois massif avec un bon toit fait de joncs triangulaires, le papyrus des anciens appelé zozoro chez les Hova. »

J.-C. Hébert termine l’étude sur les Notes de Jacques de La Salle recueillies par d’Unienvielle en 1816, en déclarant qu’au temps d’Andria­namboatsimarofy et d’Andrianampoinimerina, rares sont les maisons de bois et, encore par là, il faut entendre « seulement des piliers pour soutenir la charpente et des bordages en gaulettes ou trinques qui constituent l’armature des murs ».

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/des-maisons-inconfortables-dune-seule-piece/

 

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article