Les « babo », des butins à valeur marchande

Publié le par Alain GYRE

Les « babo », des butins à valeur marchande

23.02.2018 Notes du passé

La traduction donnée de certains mots  et expressions utilisés par les Tantara ny Andriana eto Madagascar peut prêter à confusion. Bakoly Domenichini-Ramiaramanana et Jean-Pierre Domenichini (Aspects de l’esclavage sous la monarchie merina d’après les textes législatifs et réglementaires) insistent sur les différents termes que les historiens et chercheurs contemporains assimilent au mot esclave.

Se référant au ralliement d’Andriamary de l’Imamo à Andrianampoinimerina, ils parlent de faits « tendant à rapporter l’origine de la loi sur les kapy, leur partage et l’estimation de leur valeur qui doivent désormais être soumis au regard du roi », des faits qui donnent àpenser à deux hypothèses.

D’une part, il s’agit de personnes qui présentent quelque similitude voire même une identité avec le « tongoa mihonkona », notamment avec les « haria-mati-mosavy ». « Les kapy apparaissent (dans les Tantara…) en ce sens comme des personnes devant faire l’objet d’un partage avec l’Andriana, tout comme les esclaves qui faisaient partie des biens en déshérence et ceux qui avaient appartenu aux condamnés pour sorcellerie. »

D’autre part, ce serait des personnes « tsy voatombana » (dont on n’a pas estimé la valeur marchande) et « tsy manana tompo » (qui n’ont pas de maitres), mais qui ne sont pas forcément esclaves d’origine. « Parmi les kapy se trouveraient donc, outre les esclaves temporairement sans maitre- dont ceux qui avaient appartenu à des personnes condamnées à la saisie intégrale de leurs biens et richesses (laniam-pananana, baboim-panana)-, primo, les personnes condamnées en justice à la perte personnelle de statut (very tenany), auxquelles il faut ajouter non seulement les conjointes et les enfants des condamnés, dont la peine comportait le very aman-janaka. Mais encore, secundo, si l’on s’en rapporte aux définitions quelque peu différentes que Richardson et Rainitovo ont données, les personnes qui avaient en commun d’avoir été privées de leur précédent statut par une violence, qui peut être une violence d’État infligée hors du cadre d’une guerre codifiée régulièrement déclarée.»

Ainsi, dans le sens général et l’usage le plus courant, « babo », « kapy » et « very » sont synonymes et désignent, au moins temporairement, hors-fanjakana et sans statut. Tandis que « andevo » et « zazahova » sont des personnes qui relèvent statutairement du « fanjakana » domestique d’un maitre. Dans une déclaration sur les « kapy », Andrianampoini­merina dit aux Ambaniandro (Merina) : « … Certes parmi ceux-là, il en est qui sont des membres de votre famille, et il en est qui sont vos enfants, il en est qui sont vos frères : commençons néanmoins par admettre que ceux qui ont perdu leur statut, deviennent normalement zazahova. »

Cependant, poursuivent les auteurs de l’étude, la définition de Rainitovo opposant « kapy » et « babo », illustre le fait que les « kapy » sont des personnes raflées et déportées en groupe, « arrachées à leur territoire dès lors frappé d’interdit, pour être installées sur un territoire appartenant en propre à l’autorité responsable de l’agression ». Elle met aussi clairement en évidence, l’existence d’un « emploi de ces mots en un sens restrictif et qui semble bien être un emploi technique ».

Dans ce cas, « babo » (tout butin de guerre) en parlant d’êtres humains, indiquerait plus particulièrement ceux dont « la perte de statut résulterait d’une violence soumise à un code » (guerre). Tandis que « kapy », « significativement perçu comme provincial par Richardson » désignerait surtout ceux dont « la perte de statut résulterait d’une violence relevant du seul droit du plus fort ou du plus rusé (rafle, razzia) ».

À preuve, dit les Domenichini, ce serait les « kapy » qui, très explicitement, sont présentés comme normalement destinés à la traite, à être échangés contre de la poudre et des fusils auprès des négriers « quand le malheur les met au nombre de ceux qui reviennent au roi ». C’est le motif donné par Andrianam­poinimerina quand il exige d’Andriamary et des gens d’Imamo, la livraison des « kapy ». Ils terminent par la distinction- « dans le domaine des faits soumis à un code »- entre « babo » s’appliquant aux êtres humains et leur possible insertion ou leur non-insertion dans l’organisation politique et sociale. « Et ceci rejoindrait la question de la distinction qu’il faut faire de même entre very et amidy. »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/les-babo-des-butins-a-valeur-marchande/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article