Les rois du Nord-ouest trompés dans leur attente

Publié le par Alain GYRE

Les rois du Nord-ouest trompés dans leur attente

03.02.2018 Notes du passé

La première guerre franco-merina  se termine par la signature du traité de paix du 17 décembre 1885. Dans son article XV, il stipule notamment: « Le gouvernement de la reine (Ranavalona III) s’engage expressément à traiter avec bienveillance les Sakalava et les Antankarana. Toutefois, le gouvernement de la République française se réserve le droit d’occuper la baie de Diego-Suarez et d’y faire des installations à sa convenance. »

Tsialana II, roi des Antankarana, Monja, roi des Sakalava bemazava, et Binao, reine des Sakalava bemihisatra, ne comprennent rien à leur nouveau statut. « Après avoir cédé leurs royaumes aux Français, les avoir aidés à conquérir Madagascar, ils se trouvaient tout d’un coup sujets de Ranavalona III, reine des Merina; ils protestaient auprès du commandant de Nosy Be, Clément Thomas, qui ne faisait que transmettre leurs doléances au résident général, Le Myre de Vilers; ou il leur répondait: Restez dans la légalité; vous êtes sujets de la reine Ranavalona III. Pour ne pas dire: On ne peut plus rien pour vous! » (« Ambalavelona ou l’insurrection anticoloniale dans le Nord-ouest de Madagascar en 1898 », Cassam Aly Ndandahizara).

La reine Binao se décide à adresser au président français, Jules Grevy, le 27 avril 1886, une lettre émouvante: « C’est en vain que mes grands-parents ont cédé à la France Nosy Be et Mayotte. Le traité convenu entre eux et le gouvernement français à cette époque n’a aucune valeur. C’est en vain que les miens se sont battus seuls ou à côté des soldats français contre les Hova. Je n’ai pas retrouvé les territoires de mes ancêtres (…) Toutes les promesses faites par le gouvernement français sont nulles, et par le traité qui vient d’être conclu et signé par les Hova, non seulement je perds tous mes droits, mais encore je suis ruinée. »

Tsialana II et Monja en font autant, mais sans obtenir de réponse. Malgré tout, ces rois et reine continuent à manifester au gouvernement français « leur amitié » en se rendant à Nosy Be lors d’évènements importants. Toutefois, en septembre 1887, un incident se produit au cours de la cérémonie de remise de médailles commémoratives de l’expédition par le commandement de Nosy Be au roi Tsialana II. Ce dernier n’hésite pas à lancer « qu’il mérite mieux qu’une distinction distribuée à tour de bras. »

Entretemps, sur la Grande terre, les Merina réoccupent et consolident leur position le long de la baie d’Ampasindava, d’Ankify à Anorotsangana en passant par Ambodimadiro et Ampasimena; un véritable cordon défensif face à Nosy Be, territoire français. Il faut dire que, dès septembre 1886, deux officiers merina arrivent à Ambohimarina, devenus par la suite légendaires pour leur comportement belliqueux et cruel. Il s’agit de Ramaka et Ratovelo (ou Randavelo). D’où les expressions: « Nandalo Ramaka, ka may ny tanàna », Ramaka passe et les villages brûlent; ou « tamin’ny andron’i Randavelo » pour désigner « l’époque marquante » sous ce dernier. Le Premier ministre Rainilaiarivony fait accompagner les deux officiers par son fils Rainizanamanga avec pour instruction de respecter les termes du traité du 17 décembre 1885.

À leur arrivée, les deux officiers constatent qu’Ambohimarina se vide de ses habitants et, tous les jours, on leur signale des fuites et des désertions vers Diego-Suarez, la ville naissante. Aussi tentent-ils la politique de charme auprès des Antankarana, avec la promesse « d’abolir les pratiques malfaisantes usées durant cinquante ans d’occupation ». Ainsi Ratovelo adresse le 10 juillet 1892 à Tsialana II, une lettre: « Soignez bien le prince qu’il suive sa mère (Ranavalona III) comme ont fait Binao et Tsiaraso; vous voyez bien que ceux-là ont obéi aux lois de la reine que le gouverneur, les officiers et les chefs leur communiquent. Le pavillon de leur mère est entre leurs mains et est hissé dans leurs villages respectifs. Dites au prince de suivre sa mère comme les autres. »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/les-rois-du-nord-ouest-trompes-dans-leur-attente/

 

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article