Une politique étrangère orientée vers le non-alignement

Publié le par Alain GYRE

Une politique étrangère orientée vers le non-alignement

19.02.2018 Notes du passé

Politique tous azimuts, ce sont des termes très en vogue à Madagascar après la révolution de mai 1972. Pour l’hebdomadaire catholique en langue française Lumière, cette politique prend à contrepied la politique extérieure du président Philibert Tsiranana. Ainsi pour ce journal, « elle présente un avantage puisqu’elle répond à certaines des attentes de l’hebdomadaire formulées dès l’époque de la fin de l’ancien régime » (Alain Escaro, La politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa vue par Lumière, revue historique Omaly sy Anio, deuxième semestre 1979).

Toutefois, estime le journal, elle incarne aussi un danger car elle implique une ouverture à l’Est. En effet, si celle-ci « était trop accentuée, elle conduirait Madagascar dans le camp socialiste, ce qu’il craint le plus ». D’après Alain Escaro, Lumière réclame « une authentique politique de non-alignement qui donne à Madagascar des fruits tangibles ». C’est-à-dire qui l’aide à se développer sans remettre en cause son indépendance nationale.

La politique tous azimuts « rompt avec la politique de l’ancien régime ». Ainsi, à l’alignement sur le camp occidental, elle oppose une ouverture à l’ensemble des nations. « En fait, elle va se traduire surtout par une position de non-alignement et dans l’immédiat (après le discours-programme du général Ramanantsoa) par une ouverture en priorité vers les pays de l’Est et par l’abandon de la politique africaine du président Tsiranana. « Une politique mise en œuvre par le ministre des Affaires étrangères, le capitaine de corvette Didier Ratsiraka. »

L’hebdomadaire catholique cite alors les évènements qui concrétisent cette politique tournée vers tous les côtés. Au lendemain du discours-programme, Didier Ratsiraka se rend en Tanzanie afin de développer la coopération entre ce pays et la Grande ile. « À cette occasion, Lumière consacre son ‘Dossier de la semaine’ au socialisme tanzanien, dans son numéro du 20 aout 1972 » (Alain Escaro).

À la même époque, le Pakistan envoie à Madagascar une mission diplomatique tandis que les relations américano-malgaches « sont normalisées » par un nouvel échange d’ambassadeurs. Le 17 septembre, à l’invitation du gouvernement soviétique, Didier Ratsiraka se rend à Moscou. L’auteur de l’article,C. Rasolo, distingue dans ce voyage, l’application du « principe de dialogue… avec tous les peuples du monde ». Pour l’Inde, ce « dialogue » traduit une non-intervention de ses nationaux dans les affaires intérieures malgaches ».

Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement Ramanantsoa se rend à Moscou avant sond épart à l’assemblée générale des Nations unies. Au terme de ce séjour soviétique, du 25 au 29  septembre 1972, les deux parties conviennent d’établir des relations diplomatiques. Lumière considère cette décision comme un tournant de la politique étrangère de Madagascar, « diamétralement opposée, désormais, à la politique franchement anticommuniste du président Tsiranana.

Mais il faudra attendre le numéro du 15 octobre pour voir l’hebdomadaire catholique consacrer, sous la plume du père Gérard, un article de fond à « la nouvelle ligne de la politique étrangère de Madagascar », définie par deux termes, « ouverture et indépendance ». Le père Gérard estime que l’accord avec le gouvernement soviétique est « le signe le plus clair de l’intention délibérée du gouvernement du général Ramanantsoa d’orienter la nouvelle politique malgache dans le sens du non-alignement ». Une nette rupture avec le passé.

L’auteur revient alors sur le discours du ministre des Affaires étrangères, prononcé le 5 octobre 1972, à la tribune des Nations unies et en retire un certain nombre de prises de position. À savoir que la politique malgache sera désormais pragmatique ; proposition de neutralisation du Sud-est asiatique ; reconnaissance de l’État d’Israël, mais condamnation de sa politique expansionniste ; dénonciation de la politique pratiquée par les Républiques racistes d’Afrique australe et du colonialisme portugais ; proposition d’un front des pays sous-développés face aux nations nanties afin de « mettre un terme aux échanges inégaux qui se réalisent au détriment des pays pauvres ».

Le père Gérard résume ainsi que pour le ministre des Affaires étrangères, il ne s’agit pas d’une « ouverture à sens unique ». De ce fait, des liens seront aussi noués avec la Chine et il se rendra de même au Japon. Pourtant, fait-il remarquer, « bien des lignes de cette politique « ne devrait pas tarder à porter ses fruits ».

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnels

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/une-politique-etrangere-orientee-vers-le-non-alignement/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article