De probables liens entre Sadiavahe et VVS ?

Publié le par Alain GYRE

De probables liens entre Sadiavahe et VVS ?

28.02.2018 Notes du passé

Existe-t-il des relations entre les incidents du Menarandra  et la société secrète Vy-Vato-Sakelika des Hautes-terres centrales? C’est la question que doivent se poser l’Administration coloniale et surtout les chefs civils et militaires (Faranirina V. Esoa­velomandroso, 1975, lire précédentes Notes). Pour rappel, la VVS est une société secrète formée de jeunes intellectuels qui souhaitent, d’une part, un renouveau culturel et, d’autre part, plus de liberté politique.

L’historienne explique la raison d’une telle question par deux inquiétudes. La première vient du fait que les Français redoutent des manœuvres allemandes ou autrichiennes auprès des populations du Sud. D’après M. Gontard (« Mada­gascar pendant la Première guerre mondiale »), les locaux des établissements de commerce tenus par les Allemands à Fort-Dauphin- Toepser et Megger- sont minutieusement fouillés, mais on n’y découvre guère de stock d’armes destinées aux insurgés d’Androy. Seul le traitant autrichien Speyer est soupçonné d’inciter à la révolte les descendants des Maroseranana-Mahafaly « avec lesquels il garde des contacts étroits, et dont certains s’insurgent contre les Français » (Rapport du chef de la province de Toliara au gouverneur général).

Le deuxième sujet d’inquiétude est le risque de collusion entre les membres de la VVS et les Sadiavahe. Sur ce point, Boiteau parle des témoignages de sympathie manifestés par les intellectuels de la capitale, pour la plupart affiliés à cette société secrète, à l’égard des « patriotes antandroy » maquisards. Lors d’une réunion publique organisée à Antananarivo, « il est demandé aux tirailleurs malgaches envoyés dans le Sud, de ne point tirer sur les compatriotes rebelles ».

Toutefois, il ne semble pas que les membres de la VVS aient partagé les points de vue de ces derniers au sujet des impôts ou des vols de bœufs. De leur côté, les Sadiavahe, comme tout l’ensemble des populations du Sud, restent à l’écart de cette société secrète d’intellectuels. Le rapport de 1915, rédigé en 1916 par le gouverneur général Hubert Garbit, le dit clairement : « Les incidents qui ont eu les Hauts-plateaux pour théâtre, ont laissé les indigènes complètement indifférents. » En fin de compte, les autorités coloniales peuvent être rassurées de ce côté.

En revanche, l’attitude de plusieurs villages ou groupes de clans du Sud dans cette affaire des Sadiavahe, pose des problèmes sérieux à l’Admi­nistration. « Cela nous amène à songer à une autre interprétation possible des évènements de 1915-1917 », commente Faranirina Esoavelomandroso, qui ajoute que presque toutes les localités du « Triangle du Menarandra » et même des villages éloignés comme Antanimora, agissent en véritables complices des Sadiavahe. Là encore, il est possible d’établir un parallèle avec l’insurrection de 1904, dans le Sud-est.

Victor Augagneur écrit dans son « Erreurs et brutalités coloniales »: « Toute la province de Fort-Dauphin, une partie de celle de Tuléar, toute la population bara, toute la race tanala s’étaient rangées ouvertement ou étaient dans une complicité sournoise, du côté des insurgés. » Dans le Sud-ouest, la réaction des populations parait très équivoque. Les quelques centaines de Sadiavahe bénéficient de l’appui d’une foule de sympathisants. Les villages entretiennent des relations suivies avec les « malfaiteurs ». C’est pourquoi les troupeaux d’Antsanira se retrouvent dans les pâturages fréquentés par les animaux que les Sadiavahe, réfugiés à Ambohitsy, ont volés.

« Les patrouilles surveillent de près Kerimosa, Ampotaka, Ambindavato… Elles arrêtent de nombreuses personnes soupçonnées de complicité. Les Français invoquent la crainte des représailles ou la pression des bandits pour expliquer l’attitude des villageois. »

Mais l’historienne de poser la question : « Mais cette complicité n’est-elle pas voulue par les habitants eux-mêmes ? N’approuvent-ils pas tout simplement ces Sadiavahe ? » Elle y répond par des constatations. Certains d’entre eux prennent vraiment le maquis et des villages entiers sont désertés par les habitants et leurs troupeaux jusqu’à la mi-1916 après la prise d’Ambohitsy (Rapport du chef de la province de Fort-Dauphin). Mais l’historienne explique cette désertion soit par la crainte des maquisards soit, au contraire, par la volonté de soutenir les Sadiavahe en délaissant les localités accessibles aux forces de l’ordre.

En tout cas, des rapports signalent que plusieurs personnes viennent grossir ouvertement les rangs des insurgés. « L’exemple le plus frappant, source de bien des inquiétudes pour les Français, est celui des Antemanatsa de Tranoroa et d’Ampanihy. » Mais l’historienne précise qu’aucune tribu ni clan du Sud ne porte ce nom. Par contre, des Mahafaly dont la région d’origine se trouve au Sud-est d’Ampanihy, se nomment les Antemanatse. Il semble qu’il s’agit de ce groupe, « la transcription dans le rapport établi par le chef du district de Tsihombe pouvait être erronée ».

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Internet

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/de-probables-liens-entre-sadiavahe-et-vvs/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article