L’insurrection anéantie, la répression sévit

Publié le par Alain GYRE

L’insurrection anéantie, la répression sévit

05.03.2018 Notes du passé

Lucile Rabearimanana présente, dans la revue historique Hier et Aujourd’hui, N°1 et 2 de 1975, une thèse de Jacques Tronchon sur L’Insurrection malgache de 1947, Essai d’Interprétation. Travaux soutenus à l’Université de Paris VIII en 1973. Mise à part la relation des évènements dans les diverses phases de l’insurrection et les circonstances dans lesquelles elle éclate, il essaie, comme le précise l’intitulé de son étude, d’interpréter le vaste mouvement nationaliste de 1947.

Selon l’historienne, Jacques Tronchon s’efforce alors de répondre à des questions primordiales. S’agit-il d’un soulèvement paysan, d’un simple mouvement de contestation, ou d’un véritable mouvement d’indépendance? Quelle est la part de responsabilité du Mouvement démocratique de la rénovation malgache (MDRM) en tant que parti politique, en général, et des députés Raseta, Ravoahangy et Rabemananjara en particulier, dans l’organisation et le déclenchement de cette insurrection? Des questions encore difficiles à répondre à l’époque. Lucile Rabearimanana résume la thèse de Jacques Tronchon qui brosse d’abord les lignes essentielles des évènements en décrivant la situation politique, économique et sociale engendrée par la seconde Guerre mondiale, et la contribution de la Grande ile aux efforts exigés par le conflit, « montrant ainsi à quel point l’insurrection trouve ses racines profondes dans l’exploitation coloniale ».

La thèse fait également sentir le climat de tension qui persiste, dans plusieurs régions, entre l’occupant et le Parti des déshérités de Madagascar (Padesm) d’un côté, et les militants du MDRM, de l’autre, surtout pendant les périodes électorales. Et déjà, les rumeurs d’une insurrection ne cessent de circuler. « Les autorités françaises étaient au courant de tout, mais il semblerait qu’elles ne se soient pas inquiétées outre mesure.»

Jacques Tronchon décrit l’insurrection elle-même à travers les évènements de Manakara et de Moramanga, les tentatives de soulèvement avortées à Diego-Suarez, à Fianarantsoa, à Antananarivo. Cependant, l’insurrection gagne du terrain, notamment dans les régions qui environnent la falaise orientale, telles les vallées du Mangoro et du Faraony, contrôlées par les insurgés. « Mais leur situation devient bientôt intenable, les troupes françaises menant activement leurs opérations pour regagner le terrain perdu. Elles sont renforcées par des bataillons sénégalais et nord-africains, par des éléments blindés… qui arrivent dès juillet 1947. »

De nombreux insurgés continuent la lutte par la guérilla, mais « leur calvaire est tel que beaucoup meurent en forêt, sont tués ou faits prisonniers par les troupes françaises ou bien se rendent ». Et en décembre 1948, on peut considérer l’insurrection comme anéantie ! Dès le lendemain, la répression sévit. Elle se manifeste d’abord par l’arrestation des militants du MDRM. Ces derniers connaissent alors « des conditions de détention particulièrement atroces, dans des prisons trop exigües, exposés à toutes sortes de mauvais traitements, subissant des tortures au cours des interrogatoires ».

De plus, les enquêtes menées à la hâte et d’une manière arbitraire, tendent toutes à prouver la culpabilité du MDRM dans cette insurrection. « Malgré la fragilité de l’argumentation ! » Les autorités coloniales pensent que les insurgés obéissent aux ordres des députés malgaches, et pour cause de « flagrant délit continu », ceux-ci sont arrêtés malgré leur immunité parlementaire. Et le parti MDRM est dissout, le 10 mai 1947. Les membres du Parti démocratique de Madagascar, eux aussi accusés de complicité avec le MDRM, sont jetés en prison. Quant aux Français « de gauche », ils sont expulsés ou mis à l’écart.

À partir de 1948, plusieurs Cours d’Assises s’ouvrent dans toute l’ile pour juger les accusés. Le plus retentissant, appelé « Procès des Parlementaires, commence le 22 juillet 1948». Tout cela se termine par des condamnations à mort, dont deux à l’encontre de députés. Mais surtout, le nombre réel des victimes est impressionnant, « plus de 100 000 morts ». Bref, si les insurgés ont commis des atrocités, mais la répression fut non moins horrible.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/linsurrection-aneantie-la-repression-sevit/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article