« La prison, une école pernicieuse pour de simples voleurs »

Publié le par Alain GYRE

« La prison, une école pernicieuse pour de simples voleurs »

01.03.2018 Notes du passé

Qui donc sont les Antemanatsa dont ont si peur les Français ? Selon Farannirina V. Esoavelomandroso (lire précédentes Notes), il ne s’agit ni d’une tribu ni d’un clan, mais d’un groupe de Mahafaly originaires du Sud-est d’Ampanihy. Ils sont nombreux. « Si- ce qui est à craindre- la plupart d’entre eux font cause commune avec ceux qui ont rallié la bande d’Ampotaka, le groupe ainsi formé va constituer un danger très sérieux pour la sécurité publique. Et chose beaucoup plus grave, la situation politique, jusqu’à ce jour calme, risque d’être fortement troublée. »

L’intervention des réfractaires aux impôts comme les Antemanatsa, ou des «vagabonds » et «irréguliers»- deux mots qui, selon l’historienne, recouvrent une même réalité, les mauvais contribuables-, confère un caractère politique au prétendu « banditisme » des Sadiavahe. Dans le Sud-ouest, région où les concessions détenues par des étrangers sont relativement rares, « le poids de la colonisation est sensible, surtout par la présence des administrateurs, garants du maintien de l’ordre et d’une bonne rentrée fiscale ». Pour bien des gens du Sud, s’acquitter des impôts signifie reconnaitre la souveraineté française.

Lors de la soumission de certains Sadiavahe, les médiateurs rassurent les administrateurs en ces termes : « Ils affirment leur vif désir de rester tranquilles, offrant de payer leurs impôts pour bien marquer qu’à aucun moment, ils n’ont l’intention de s’élever contre le Fanjakana » (autorité gouvernementale), lit-on dans un rapport de Gerbinis sur les évènements du Menarandra. Ainsi, celui qui ne paie pas ses impôts, est, quel qu’en soit le motif, un contestataire, un révolté.

Or, précise Faranirina Esoavelo­mandroso, diverses raisons peuvent expliquer le non-paiement des impôts : le dénuement complet, fait courant dans le Sud, le manque de numéraires, la volonté de ne pas se dessaisir des troupeaux, le désir de rejeter des contraintes symbolisées par la fiscalité… Autant d’explications plausibles, mais l’historienne développe beaucoup plus la dernière raison.

En ces années difficiles, bien que la disette soit quasi permanente, les impôts rentrent cependant d’une manière satisfaisante.

Cela peut venir de pressions et de méthodes de perception « semblables à celles décrites par le gouverneur général Victor Augagneur pour les cercles de Farafangana ou de Fort-Dauphin ». Certains administrateurs critiquent les procédés de fonctionnaires indigènes trop zélés.

« Donan Alfred participe en 1907 à une véritable expédition punitive contre les réfractaires aux impôts dans la circonscription d’Ambovombe. Il nous semble alors, connaissant les problèmes de tous ordres auxquels Antandroy, Karimbola et Mahafaly se trouvaient confrontés durant les années de guerre, que parmi les Sadiavahe l’on comptait peut-être des voleurs, mais que la plupart d’entre eux manifestaient sûrement leur mécontentement contre la fiscalité. » Pour rappel, Donan Alfred, originaire du Nord-ouest, est « exécré » car il exploite les populations locales « en abusant de la confiance aveugle de certains chefs de district ».

Par leurs actes, les Sadiavahe s’efforcent de montrer leur opposition aux diverses formes de contraintes administratives. «Extrême mobilité, vie dans le bush en groupes dispersés expriment le refus d’accepter les injonctions des administrateurs de limiter les déplacements et de regrouper ces éleveurs dans des postes pour mieux les surveiller. »

Un dernier argument vient renforcer l’hypothèse selon laquelle ces insurgés se sont révoltés contre le système colonial lui-même.

« Évadés de prison, repris de justice constituent le noyau des rebelles. » Cette catégorie de personnes a déjà des rapports peu privilégiés avec l’Administration, en tant que prisonniers. L’un des objets de terreur des populations du Sud est la condition de vie dans les prisons, ainsi que les conséquences néfastes d’un séjour dans ces « maisons de correction ».

Les deux chefs de la province de Toliara et de Fort-Dauphin commentent. Ainsi, Gerbinis écrit dans un rapport : « Il convient d’ajouter que la prison est une école pernicieuse : tel qui y entre simple voleur de bœufs, incapable d’attenter à la vie d’un de ses semblables, en ressort malfaiteur de profession, capable des pires crimes. » Delpit va plus loin : « Nous les mettons dans un milieu malsain au physique comme au moral. S’ils ne meurent pas misérables et inutiles à la société pendant leur captivité, leur moral se corrompt parfois définitivement au contact de ce foyer putride qu’est la prison. Ces êtres épris de liberté meurent avec une facilité frappante en prison, les statistiques des prisons de la province et de Tananarive le prouvent… »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Internet

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/ la prison une ecole pernicieuse pour de simples voleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article