Les dissensions tribales aiguisées par les évènements

Publié le par Alain GYRE

Les dissensions tribales aiguisées par les évènements

12.03.2018 Notes du passé

Pris d’une frénésie hystérique, au lendemain des évènements du 29 mars 1947, les colons français soutenus par le Parti des déshérités de Madagascar (Padesm) se montrent très féroces à l’encontre du parti Mouvement démocratique de la rénovation malgache ou MDRM. « Ils le considèrent comme leur adversaire puisque réclamant l’indépendance » (Lucile Rabearimanana, étude sur le journal d’opinion Ny Fandrosoam-baovao, revue Omaly sy Anio, premiers semestres 1979 et 1980). « Ils le condamnent d’autant plus vivement que les propagandistes MDRM, répandus dans tout le pays, se montrent particulièrement actifs et se laissent volontiers entrainer par la violence verbale. »

Toutefois, la fureur des colons et des membres du Padesm est surtout dirigée contre les Merina, en général, bien que l’insurrection éclate sur la côte Est. « C’est certainement lors de cette insurrection que les dissensions tribales ont été les plus marquées dans l’histoire coloniale du pays. » Elles existent déjà à l’état latent, dues à des causes diverses telles la domination exercée par la royauté et l’oligarchie merina du XIXe siècle, la situation privilégiée des membres de cette ethnie en tant que fonctionnaires, commerçants…pendant la période coloniale, et surtout la fameuse « politique des races » du colonialisme. Elles sont aiguisées avec la création du Padesm qui « veut s’occuper des côtiers et des côtiers déracinés que sont les Mainty enin-dreny ». L’organe de presse du Padesm, Voromahery, l’explique dans son premier numéro du 6 aout 1946 : «… de ce sentiment très vif de rancœur compréhensible qu’ils éprouvent vis-à-vis de leurs anciens féodaux et oppresseurs, nous arriverons peut-être à faire naitre un amour-propre salutaire. »

Le Padesm veut accréditer l’idée que les dirigeants et les membres du MDRM sont tous des Merina. D’où les passions déchainées contre « les Hova, responsables des évènements actuels qui ont la présomptueuse idée de reprendre des mains de la France le gouvernement de notre pays. Leurs ancêtres à qui ils ne peuvent que ressembler, n’avaient su trouver pour les nôtres qu’opposition et servitude ». L’organe de presse du Parti démocratique de Madagascar, porte-parole des hommes d’affaires et des intellectuels merina, prétend se situer au-dessus de ces considérations tribales. Pourtant, vis-à-vis des « peuplades rebelles bezanozano, tanala et antemoro (populations de l’Est) et des Antandroy», il use d’un vocabulaire méprisant. « Et son dédain sans bornes à l’égard des autres Malgaches dénote une mentalité tribaliste indéniable et un complexe de supériorité que les circonstances historiques ne peuvent que condamner.»

En tout cas, comme toute la presse tananarivienne, Ny Fandrosoam-baovao s’élève contre ces attaques contre les Merina. Expliquant la situation privilégiée parmi tous les Malgaches, il pense qu’il s’agit « d’une politique consciente et constante de la colonisation française. Et les avantages que leur procure ce rôle, ne peuvent que les amener à défendre le régime colonial ». De même, le journal se fait le défenseur du protestantisme attaqué lui aussi par les colons français et le Padesm. Les milieux protestants malgaches sont, depuis la conquête coloniale, craints par la colonisation. Influencés par les missions anglaises, ils sont soupçonnés d’être opposés aux Français. D’éminents pasteurs d’Antananarivo comme Rabary et Ravelojaona sont inquiétés et même arrêtés en 1915, lors de l’affaire Vy-Vato-Sakelika. « D’ailleurs, il est incontestable que ces milieux jouent un rôle non négligeable quoique non spectaculaire dans le mouvement nationaliste malgache. C’est pour cela que l’anti- protestantisme traditionnel renait dans cette ambiance trouble qui est celle de l’insurrection. »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Comité de solidarité malgache

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/les-dissensions-tribales-aiguisees-par-les-evenements/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article