Population en hausse, hygiène problématique

Publié le par Alain GYRE

Population en hausse, hygiène problématique

15.03.2018 Notes du passé

Antananarivo, dès le premier quart du XXe siècle,  devient le centre d’une belle étoile de routes, le zéro kilométrique de la plupart des chaussées carrossables de la Grande ile. Ce qui favorise la centralisation administrative et celle des affaires privées. Ainsi, la population de la capitale augmente rapidement, faisant plus que doubler de 1925 à 1946, passant de 71 000 à 163 000 habitants environ. Population dont la plupart s’entassent dans les quartiers déjà habitées, mais surtout autour des bas-fonds d’Analakely et de la gare de Soarano où les constructions prolifèrent vite. « La densité à l’hectare dépasse dans Isotry, Isoraka, Ambondrona… deux cents et même trois cents habitants. » Cet entassement rapide et désordonné de la population dans un réseau trop lâche de voies publiques, complique « terriblement » la tâche des urbanistes, déjà mise à rude épreuve par les caractères mêmes du site.

Pour commencer, la distribution de l’électricité et de l’eau est concédée au début du XXe siècle à une société anonyme française qui en reçoit le privilège exclusif pendant cinquante ans. À son tour, elle confie les travaux à une entreprise parisienne qui les commence en 1906. Un barrage de 170m de long est installé sur la Varahina, à l’Est de la capitale et à une dizaine de kilomètres de la gare la plus proche, sur la ligne de Toamasina alors en construction. L’usine électrique est achevée fin 1909. En prévision des gros orages, la ligne de transport est munie d’isolateurs très puissants. Les lampes à arc et à incandescence remplacent les réverbères à lampes à pétrole et se multiplient dans les grandes rues, puis dans les voies secondaires. Le nouveau mode d’éclairage se répand peu à peu chez les Malgaches. Denouvelles possibilités seront données par le grand barrage de Mantasoa construit surtout pour l’irrigation du Betsimitatatra et achevé en 1939.

En revanche, l’apport et la distribution de l’eau potable sont plus malaisés. La vieille cité se ravitaille à des puits peu profonds situés au pied des collines et alimentés par des résurgences ou des suintements. Les plus réputés sont ceux d’Ambanidia et à Mahamasina. Les techniciens français songent d’abord à dériver les eaux de sources du massif d’Anjeva, situé à une quinzaine de kilomètres d’Antananarivo, mais elles ne sont pas assez pures et leur débit serait très vite insuffisant. Un autre projet consiste à élever l’eau d’une nappe souterraine aux environs d’Ambanidia: on ne la trouve pas assez abondante non plus. On choisit finalement le lac de Mandroseza. Une usine est édifiée sur la rive Nord du lac et reliée à la ligne de transport électrique de Mantasoa. Elle comporte une installation de filtrage et d’épuration physique et chimique, celle-ci étant complétée par une stérilisation bactériologique.

L’eau de Mandroseza parvient le 1er janvier 1911 aux premières bornes-fontaines. En 1941, Antananarivo en compte 175, outre 2 000 abonnés. Cependant, la consommation par tête d’habitant reste assez faible: en 1932, sur 5 500 m3 débités, seuls 3 350 m3 sont utilisés aux bornes-fontaines. La distribution de l’eau ne peut non plus être étendue en-dehors de l’agglomération ; dans la plaine d’Anosizato, on continue de puiser directement dans l’Ikopa.

Enfin, le service d’enlèvement des ordures ménagères par véhicules à traction animale ou automobile fonctionne convenablement dans les quartiers neufs et le long des voies carrossables. Mais la collecte reste difficile dans les blocs d’habitat populaire desservis par des ruelles tortueuses, des impasses et des escaliers.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/population-en-hausse-hygiene-problematique/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article