Pourquoi le coq chante

Publié le par Alain GYRE

Pourquoi le coq chante

 

Il y avait une fois, dit-on, un coq et une poule mariés. Ils enfantaient toujours mais leurs enfants  survivaient jamais.

C’était toujours comme cela, et ils s’étonnaient, surtout le mari. C’est lui qui était le plus étonné. Ils se demandèrent un jour :

- Qu’elle est donc la raison de notre malheur ?

- Oh, je ne sais pas, dit la femme. Et qu’est-ce que nous ferons ? Même si on emploie tous les charmes pour avoir des enfants il n’en résulte rien !

- Quant à mi, dit le mari, j’irais à Dieu pour lui demander la cause de cela.

- Et pourquoi pas ? dit la femme. N’est-ce pas lui qui nous a faits qui sait la cause de cela ? Allons-y tout de suite.

Ils y allèrent donc. Lorsqu’ils y arrivèrent, Dieu dit :

- Qu’est-ce que vous cherchez ?

- Nous, sire, nous demandons quelque chose ici chez toi.

- Bon, dit le Parfumé, racontez ce que c’est. C’est à vous de raconter,  à moi d’écouter.

- Voici la chose qui nous a fait venir, dit le coq. Nous enfantons toujours, mais l’âme se fatigue en vain, il n’y a rien qui reste. C’est bien pitoyable, mais on ne sait que faire. Voilà ce qui nous a fait venir, et que faut-il faire, demandons-nous, pour que nous ayons des enfants ? C’est une question difficile, pensons-nous, et il n’y a donc que le Parfumé qui puisse savoir cela. Voilà pourquoi nous sommes venus ici, sire.

- Bon. S’il s’agit de cela, c’est facile. La seule difficulté serait si vous n’observiez pas mes prescriptions ;

- Mais non, pourquoi est-ce que nous ne les observerions pas ? Quelles sont ces prescriptions ?

- Les voici, dit Dieu. Au milieu de la nuit je vous réveillerai. Et si vous ne dormez pas, ce que vous enfanterez vivra.

- Merci, sire, nous savons observer cela.

Ils retournèrent tout de suite chez eux. La nuit ils dormaient.

Au moment où l’étoile du matin allait se lever, Dieu arriva et les réveilla.

- Puis-je enter ?

- Entre, dit la poule.

- Et où est ton compagnon ? dit Dieu.

- Oh, il ronfle encore.

- Voici ce que je vous annonce. Toi qui as su m’attendre, tu auras des enfants vivants, mais lui qui dort profondément n’en enfantera pas.

Voilà pourquoi, dit-on, le coq n’enfante pas… Aussitôt Dieu partit, la femme réveilla son mari :

- Ecoute, mon mari, mon mari !

- Oh, dit-il.

- Tu ne dis que oh, oh, dit la femme. C’est parce que Dieu a été ici, mais toi, tu ne t’en es pas rendu compte.

- Et qu’est-ce qu’il a annoncé ici ?

- Moi qui étais réveillée, a-t-il dit ; j’enfanterai, mais toi qui dormais, tu n’auras pas d’enfant.

- Vraiment, ma chérie ?

- Vraiment, dit la femme. Il fut alarmé et chercha à sortir mais ne trouva pas d’issue car la porte était fermée. Il ne put faire autrement que de crier : « Dieu, Dieu, Dieu, reviens dons ! »

Voilà ce qu’il prononce, dit-on, dans son shant. C’est une des choses qui, dit-on, a fait chanter le coq.

 

Aux origines du monde

Contes et légendes de Madagascar

Réunis par Galina Kabakova

Files France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article