Un mouvement provoqué par un malaise administratif

Publié le par Alain GYRE

Un mouvement provoqué par un malaise administratif

02.03.2018 Notes du passé

«La révolte sadiavahe s’inscrit normalement dans la série des évènements qui ont secoué, au début de la période coloniale, la domination française dans le Sud de Madagascar, évènements à l’origine desquels se retrouvent des problèmes de fiscalité » (Faranirina V. Esoavelomandroso, lire précédentes Notes).

D’après l’historienne, de fréquents changements de la limite entre les provinces de Fort-Dauphin et de Tuléar prouvent que « la situation administrative assez confuse de la région est l’une des causes essentielles de la révolte ». L’insurrection de 1915-1917 apparait comme« le symptôme d’un malaise permanent, traduisant les difficultés d’ordre administratif rencontrées par les Français dans le Sud-Ouest ».

Le rapport de 1915 du gouverneur général souligne nettement un fait : « Jusqu’à ces derniers temps, l’Administration s’était surtout occupée des races les plus avancées de l’ile. C’est ainsi que les provinces du Centre et des Côtes Est et Ouest furent dotées pour la plupart, au fur et à mesure, d’une organisation indigène adaptée à chaque région. Le Sud de la Colonie habité par des peuplades qui paraissent réfractaires à toute organisation administrative, fut donc laissé à l’écart » (cf. Journal officiel de Madagascar et Dépendances, septembre 1915).

Différentes mesures sont alors prises, des projets mis sur pied comme pour rattraper ce retard dans la province de Toliara, organisation alignée sur celle du Fokonolona en Imerina, mais avec quelques originalités. Le texte prévoit une surveillance plus sévère des troupeaux, des règlements sur les vols de bœufs, des déplacements à la recherche de parcours sous le contrôle des « Fokon’ondaty » (équivalent du Fokonolona merina) et des « Fokon-tanà » (communauté du village). D’autres articles insistent sur les moyens à utiliser pour obtenir de meilleures rentrées fiscales.

Quelques administrateurs veulent même aller plus loin, du fait surtout de l’absence d’harmonisation dans les rouages administratifs des deux provinces, Fort-Dauphin et Tuléar (fiscalité, prestations, règlements de vols de bœufs). Ils proposent de considérer le Sud comme une seule entité originale, en raison de son éloignement par rapport à la capitale et des problèmes qui s’y posent. En 1917, le projet de former un gouvernement du Sud est présenté, repris quatre ans plus tard. Mais il ne se concrétise pas.

Le délégué du gouverneur général devait assurer les liaisons entre les chefs de provinces, mais aussi entre ceux-ci et Antananarivo.

« L’éloignement faisait, en effet, naitre un sentiment d’indépendance chez les administrateurs locaux et ceci risquait, à la longue, de nuire à la domination française. » Quoiqu’il en soit, déplacements de frontière, arrêtés et projets portant sur l’organisation du Sud-Ouest traduisent d’une manière éclatante les hésitations, les tâtonnements des autorités coloniales dans la région. « L’insurrec­tion des Sadiavahe souligne les défaillances de l’administration du secteur. »

Faranirina Esoavelomandroso conclut son étude en insistant que, plus qu’une simple affaire de « banditisme » ou de « brigandage », le mouvement des Antandroy, Mahafaly et Karimbola se présente comme une révolte contre l’oppression coloniale. Au même titre que l’association nationaliste Vy-Vato-Sakelika (VVS), découverte à Antananarivo, Fianaran­tsoa et Ambalavao en 1915. « Membres de la VVS et Sadiavahe veulent remettre en cause certains aspects de la colonisation. » Mais les ressemblances s’arrêtent là.

La VVS recrute ses adhérents parmi la bourgeoisie intellectuelle citadine, les Sadiavahe sont des ruraux. Les membres de la VVS forment une société secrète qui aime à se réunir dans la clandestinité pour discuter de droits politiques et de renouveau culturel, les insurgés sadiavahe prennent le maquis, se lancent dans des épreuves de force pour pouvoir s’imposer à l’administration… Différences qui tiennent à plusieurs explications.

La première, « solution de facilité pour les administrateurs », est l’opposition de tempérament entre gens des Hautes-terres et du Sud. En fait, la responsabilité semble revenir à la politique adoptée par l’Administration coloniale. En effet, les mouvements qui secouent le Sud au début du XXe siècle (1904, 1907, 1915…) expriment « l’opposition aux méthodes administratives ».

Dans tout le système colonial, c’est cette « oppression administrative » qui est la plus sensible aux pays du Sud, toujours hantés par le spectre de la disette. En Imerina et dans le Betsileo, la domination coloniale se traduit par la mise en place d’un enseignement de type français, l’introduction de valeurs spirituelles étrangères à travers un réseau assez dense d’écoles, alors que le Sud est à peine touché par la scolarisation. C’est aussi la grande différence entre VVS et Sadiavahe. « Mais les uns et les autres veulent porter atteinte à l’ordre colonial.»

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/un-mouvement-provoque-par-un-malaise-administratif/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article