Une volonté d’insurrection parmi les Malgaches

Publié le par Alain GYRE

Une volonté d’insurrection parmi les Malgaches

07.03.2018 Notes du passé

Dans la deuxième partie de sa thèse sur L’insurrection malgache de 1947- Essai d’interprétation historique, soutenue à l’Univer­sité de Paris VIII, le 29 septembre 1973, et présentée par Lucile Rabearimanana (lire précédentes Notes), Jacques Tronchon pose la question de savoir  « qui a organisé, déclenché et dirigé l’Insurrection ». Il parle notamment de l’espoir du peuple malgache que la France lui serait reconnaissante du dévouement montré et de l’aide fournie pendant le conflit.

Parallèlement dans la Grande ile, des réseaux clandestins, le Panama et la Jina, sont créés en 1941 et 1943, par Lucien Andriamiseza, Edmond Ravelonahina et Monja Jaona, et se proposent de former « idéologiquement et militairement » les Malgaches à lutter pour l’Indépendance. En 1946, ils sont même étroitement liés au Mouve­ment démocratique de la rénovation malgache (MDRM). Mais le Mouve­ment refusant tout affrontement direct, « ils reprirent leurs activités en préparant le soulèvement, sous la direction de Samuel Rakotondrabe ».

Toutefois, même si la préparation et le déclenchement de l’insurrection sont à mettre au compte des membres des sociétés secrètes, « il est indéniable que les leaders du MDRM étaient au courant des préparatifs, mais qu’ils ont fermé les yeux pour diverses raisons ». De ce fait, la thèse d’un complot ne peut être retenue comme « explication première » de l’insurrection.

Une autre interprétation est ainsi avancée. Celle-ci serait le résultat de provocations coloniales pour mater le mouvement national et son principal représentant, le MDRM, comme le soutiennent les parlementaires et le Comité franco-malgache. Ils accusent l’Administration coloniale, les colons français et le Parti des déshérités de Madagascar (Padesm). Ce dernier, traité en « enfant du royaume »  par l’Administration coloniale, s’emploie à « flétrir le MDRM, à maltraiter ses militants et à multiplier les gages defidélité envers l’occupant ». Cependant, sa réaction au lendemain du 29 mars, donnerait à penser qu’il « fut victime de ceux qui le manipulaient ».

L’Administration coloniale aurait-elle donc organisé le mouvement contre le MDRM ? Jacques Tronchon indique qu’un des chefs « insurgés », Edmond Ravelonahina, est suspecté d’être à la solde de l’occupant, car ce dernier est au courant de l’insurrection avant même qu’elle n’éclate. Il semble pourtant, au cours du procès que « l’occupant cherchait moins à en trouver les vrais responsables qu’à s’acharner sur le MDRM ». Mais, selon l’auteur, l’Administration coloniale, elle aussi, est quelque peu surprise le 29 mars. « Elle se trouva dans l’impossibilité matérielle de mater rapidement le mouvement et dut demander des renforts.» Et de conclure : « Le 29 mars 1947, les Malgaches qui se sont insurgés, n’ont pas été poussés par des provocateurs, il y a bien eu une volonté d’insurrection d’une partie des Malgaches. »

Jacques Tronchon en explique alors les causes immédiates et les causes profondes. D’abord, la participation de l’Ile aux efforts de guerre par l’envoi de soldats, mais surtout la fourniture de vivres et de matériel, « ce qui suppose le renforcement du régime de l’indigénat, la multiplication des réquisitions et des prestations, tout cela n’était possible que par l’accentuation du système oppressif ». Ensuite, la conjoncture internationale. Aux yeux des Malgaches, « la France n’est plus invincible, l’ONU apparait comme la libératrice des peuples faibles ». En outre, à Madagascar même, l’après-guerre retrouve « l’assouplissement relatif » du régime colonial des années 1936, ce qui permet « l’épanouissement d’une certaine vie politique ». D’autant que certains Malgaches peuvent participer à des élections.

Mais il y a aussi la volonté d’indépendance des « sociétés secrètes » décidées à l’obtenir par les armes. Cette volonté d’indépendance se manifeste chez de nombreux Malgaches. Lucien Andriamiseza, fondateur du Panama, a comme but « de promouvoir la restauration de la souveraineté de l’État malgache supprimée en 1896 ». La presse MDRM lance le slogan « d’une journée de deuil national pour marquer le cinquantenaire de l’annexion de Madagascar ». Les consignes données aux insurgés vont dans le même sens : « ne cibler que les Français et les Malgaches accusés de collaboration ».

Enfin, l’insurrection apparait aussi comme un « mouvement de contestation» des classes pauvres de la société coloniale.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/une-volonte-dinsurrection-parmi-les-malgaches/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article