Madagascar: comment régler le problème de la RN2?

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: comment régler le problème de la RN2?

La remorque de ce camion-citerne s'est détachée en pleine descente. La cuve était pleine. Aucune victime mais un énième goulot d'étranglement créé, sur cette RN2, extrêmement empruntée.

© Sarah Tétaud/RFI

Par RFI Publié le 14-07-2018

 

A Madagascar, la Route nationale 2 qui relie le port économique de Tamatave à la capitale est l’unique axe routier par lequel transitent toutes les marchandises. 360 km de virages pentus et tortueux entre les Hauts-Plateaux malgaches et la forêt luxuriante de la côte Est. Chaque jour donne lieu à un ballet incessant de camions tractant conteneurs ou citernes, mais aussi à des files indiennes de plusieurs dizaines de camions arrêtés en bord. Pour parcourir la distance, les poids lourds mettent entre 12 et 24 heures, un calvaire pour les chauffeurs. Pourquoi une telle situation sur un axe crucial pour l'économie du pays ?

« Nous sommes au PK202 sur la RN2. Nous attendons des renforts pour enlever le camion-citerne et dégager la voie ».

Voilà une semaine que ce camion-citerne gît sur le bas-côté, mais ce n'est pas qu'aujourd'hui que ce dépanneur intervient. Sur cette route tortueuse, il y avait plus urgent, à savoir bitume défoncé, chaussées réduites à cause d'éboulements ou de poids lourds en panne, virages sinueux ou encore des pentes à plus de 20 %. En haut de la première grande descente, Xavier, conducteur d'un 42T de 19 mètres, effectue un dernier réglage frein.

« Il y a plein de trous sur cette route ! Elle est très abîmée ! Beaucoup de nids de poule, de fissures et donc ça nous oblige à rouler sur un seul côté de la voie, alors qu'elle est très empruntée », souligne ce conducteur.

Questionné au sujet de la dangerosité et de l'état de cette route, le ministre des Travaux publics et des Infrastructures, Ulrich Andriantiana, assure que « la RN2, définitivement, est prioritaire » avant de préciser que l’heure n’est pas aux grands projets.

ous avons prévu, pour cette année, pour cette route, entre 1 et 2 milliards d'ariary. C'est très faible, c'est très faible. Nous ne pourrons faire que les points à temps, c'est-à-dire la réfection des nids de poule, etc. Il ne faut pas oublier que nous sommes là pour les élections. Donc, une grosse partie du budget de l'Etat va à l'organisation des élections, ce qui fait que pour le moment, on ne peut pas faire de grands projets », a ajouté le ministre Ulrich Andriantiana.

Mais à quoi sert la redevance pétrolière de 288 ariary par litre d'essence, payée par l'utilisateur à la pompe, pour le Fonds d'entretien routier ? D'après l'Etat, les compagnies pétrolières ne sont pas encore à jour sur le versement de cette redevance.

 

http://www.rfi.fr/afrique/20180714-madagascar-probleme-route-nationale-rn2-tamatave-antananarivo

Publié dans Economie, Transport routier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article