Etat actuel de la RN6 : le résultat de trop de promesses non tenues

Publié le par Alain GYRE

Etat actuel de la RN6 : le résultat de trop de promesses non tenues

Écrit par  Maholy  Publication :  10 janvier 2019

Alors que le pont est en construction, les eaux ont inondé la déviation. Photo: Jean Claude Velomanana

Depuis 2014, la dégradation de la route nationale 6 entre Ambanja et Antsiranana s’est accélérée. De travaux qui n’ont que très peu d’impact sur l’amélioration de l’état de la route ont été réalisés, d’autres n’ont pas abouti que la saison de pluie arrive pour créer d’autres blocages

Quelques jours de pluie en ce début d’année et les transporteurs et usagers de la route se retrouvent bloqués par différentes coupures. La plus importante se trouve au niveau du pont de Marivorahona, district d’Ambilobe, où les voyageurs traversent la rivière à bord de pirogue. Les eaux ont inondé la déviation destinée au trafic durant la construction du pont, sur la rivière de Manajeba. D’après les techniciens en travaux publics, l’importance du trafic dépasse les capacités de la route nationale 6. De grands travaux de reconstruction sont nécessaires. Ceci étant compris par les décideurs étatiques depuis des lustres, les travaux adéquats n’ont pourtant pas suivi. Les promesses et les déclarations allaient bon train lors de la campagne pour la présidentielle de 2014 et durant le mandat de Rajaonarimampianina. En juin 2015, Roland Ratsiraka, alors ministre des travaux publics annonçait le début des travaux pour le mi-2016, mais aucune action ne s’en est suivie. La procédure pour le déblocage du fonds était l’explication avancée à cet enlisement. Henry Rabary-Njaka, ministre des affaires étrangères à une période, en faisait autant en novembre 2017. Etant présent lors de la signature de l’accord (entre l’Etat malagasy, l’Union Européenne et la Banque Européenne d’investissement) à Abidjan, pour le financement de la réhabilitation, il a soutenu que les travaux vont débuter de suite puisque les conditions pour la transparence exigées par l’Union sont remplies. Quatorze mois plus tard, les populations du nord de Madagascar affrontent le même problème. Les conséquences sont importantes : la durée du trajet, le danger, les charges financières, l’approvisionnement des deux districts...Le ministère des travaux publics et des infrastructures déclare être à pied d’œuvre pour que le trafic puisse reprendre.

 

■ V.M

https://latribune.cyber-diego.com/actualites/2352-etat-actuel-de-la-rn6-le-resultat-de-trop-de-promesses-non-tenues.html

Publié dans Transport routier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article