Poème: 𝐏𝐚𝐲𝐬𝐚𝐠𝐞 - J.J. Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

 

𝐏𝐚𝐲𝐬𝐚𝐠𝐞

 

Le reflet du couchant encadre les campagnes

d’un aura radieux tout d’azur et tout d’or ;

des nuages obscurs quoique sereins encor

naviguent au- dessus des crêtes de montagnes.

Les fleurs s’entourent d’or, car le reflet mourant

qui s’élève, là-bas, de ces cimes lointaines,

sur elles fait errer ses lueurs incertaines,

et leur donne un halo lumineux transparent.

On respire un zéphyr chargé d’odeur mourante,

on s’enivre du parfum secret de l’éther,

on s’attendrit devant les beaux émaux de l’air

entièrement formés de lumière expirante.

Le saule au bord des eaux, penche ses bois pleureurs,

unissant à l’azur les larmes de ses tiges ;

plus loin, sur les cactus, un papillon voltige

et suce doucement le jus mielleux des fleurs.

Le fleuve a plusieurs tons irisés de lumière,

il est d’azur profond et de saphir teinté,

le soleil, en mourant, l’inonde de clarté

il a le beau reflet de sa splendeur dernière ;

et quand au crépuscule un passage de vent

effleure d’un baiser son eau multicolore,

ses cassures, ses plis font sortir du phosphore

qui fait mourir dans l’air son effluve mouvant.

Ah ! tout ce qu’on voit est un jardin de féerie ! –

Au- dessus, c’est l’azur dans le firmament bleu,

au loin, c’est l’horizon qui se couvre de feu,

au- dessous, c’est les eaux pleines de rêveries !

Mais brusquement, la Nuit, avec son noir corsage,

surgit des confins d’or où pâlit le couchant ;

le monde, en une voix, élève tout son chant

et fait vivre en secret le dormant paysage.

 

𝑱𝒆𝒂𝒏-𝑱𝒐𝒔𝒆𝒑𝒉 𝑹𝒂𝒃𝒆𝒂𝒓𝒊𝒗e𝒍𝒐

12/12/1921

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article