Poème: 𝐕𝐚𝐥𝐢𝐡𝐚 - J.J. Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

 

𝐕𝐚𝐥𝐢𝐡𝐚

 

Vongam-batomaitso maranidoha

mipongatra avy ao anaty tany,

eo ampovoan’ny ahitra-volomason’ny ony,

ary toa tandro-batotromby tsy hita isa

nalevim-belona indray diavolana.

 

Misy rano madio, misy rano miafina,

manara toy ny fasika iereny,

izay mameno ireny antsiva malefo tsy loaka ireny.

 

Dia tonga alan-tsodina tsy voamboatra,

tonga fokon’andry

misy rano babo hatramin’ny niandohana :

tonga bararata feno feon’ankany

sy rivotra.

 

Hiraondraona eo izy

mandra-pihavin’olo-mahay

izay hamolakac ny fahatanorany soa,

ary hanoditra aza any an-tana `nany

ka hanenjana ny hodiny

amim-bakivakin’arivolahy

sy tapatapa-bahy.

 

Ary rahefa mena masoandro,

rahefa foy ny kintana,

na mikopak’elatra ny maraina,

eo amoron’ny fatana,

na eo ambony tsihy vaovao,

dia tsy ho inona intsony ireo bararata

fa ho zava-maneno

eo an-tànan’ny manina.

 

(𝑆𝑎𝑟𝑖-𝑁𝑜𝑓𝑦)

 

𝐕𝐚𝐥𝐢𝐡𝐚

 

Blocs d’émeraude pointus

surgis du sol

parmi l’herbe dont le fleuve est cilié,

et ressemblant à d’innombrables cornes de jeunes taureaux

enterrés vivants par un clair de lune.

 

Il est une eau pure, il est une eau secrète,

froide comme le sable où elle se cache,

qui remplit ces frêles conques non perforées.

 

Puis deviennent une forêt de flûtes non travaillées,

deviennent un peuple de fûts

où de l’eau est captive depuis les origines :

deviennent des bambous bruissants de nids

et de vents.

 

Ils y résonneront

jusqu’à ce qu’y vienne un artiste

qui brisera leur jeunesse de dieux

et qui les écorchera dans sa cité

et tendra leur peau

avec des fragments de calebasses

et des bribes de lianes.

 

Et lorsque le soleil sera rouge,

lorsque les étoiles écloront

ou que les matins battront des ailes,

au bord de l’âtre

ou sur une natte neuve,

les bambous ne seront plus

que des choses chantantes

entre les mains des amoureux

 

(𝑃𝑟𝑒𝑠𝑞𝑢𝑒-𝑆𝑜𝑛𝑔𝑒𝑠)

Jᴇᴀɴ-Jᴏsᴇᴘʜ Rᴀʙᴇᴀʀɪᴠᴇʟᴏ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article