10ème édition du festival GASY BULLES du 5 au 14 juin 2014

Publié le par Alain GYRE

10ème édition du festival GASY BULLES du 5 au 14 juin 2014

 (05-06-2014)

Divers lieux accueilleront le festival : l' IFM Analakely, l'AFT Andavamamba, l'IS’ART GALERIE, la bibliothèque nationale Anosy OFNAC, l'université d'Antananarivo

 1-gasy-bull.jpg

GASY BULLES 2014

© -

Du 5 au 14 juin se déroulera à Antananarivo la 10e édition du festival de Bande Dessinée, Gasy Bulles. A l’initiative des dessinateurs issus des collectifs BDôzy et de Tantsary, avec le soutien logistique de l’association TwANORA et l’appui de l’Institut Français de Madagascar (IFM) et de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT), l’événement se veut être un espace de rencontre, d’échanges et de partage mais aussi un espace de valorisation de la production des dessinateurs malgaches.

 Le festival se déploie sur six sites : l’Institut Français de Madagascar (IFM), l’Alliance Française d’Andavamamba (AFT), la galerie d’Art contemporain Is’art Analakely, Office National des Arts et de la Culture (OFNAC), le Parvis de l’Hôtel de ville et l’Université d’Antananarivo. Le déploiement des activités dans d’autres lieux traduit l’envie de partage et d’ouverture à un public plus large.

 

Pour marquer ce dixième anniversaire, le festival veut rendre hommage aux dessinateurs en accordant un focus sur leurs travaux réalisés pour des projets de développement commandités par divers organismes, associations et institutions. Malgré l’essoufflement du milieu de l’édition et le déclin du genre entraînés par la crise des années 90, la bande dessinée a trouvé un terrain d’expression, les projets de développement. L’exposition « Dessin et bande dessinée : Dix ans au service du développement » reflète cette dynamique et cet engagement des dessinateurs dans le domaine du développement.

 Le festival Gasy Bulles est né il y a dix ans sous l’impulsion du Centre Culturel Albert Camus, l’actuel Institut Français de Madagascar, et s’est étalé sur un mois dans le cadre du Mois de la bande dessinée. Une exposition rétrospective retrace les moments forts de l’événement à travers ses supports de communication, ses invités internationaux ou encore ses riches programmes. L’exposition permettra également découvrir l’histoire de la bande dessinée à Madagascar et l’implication de l’Institut français et la coopération française dans l’accompagnement des dessinateurs dans le développement de la discipline et la professionnalisation de ses professionnels.

 Apprendre l’histoire autrement, à travers la bande dessinée, c’est ce que propose cette exposition « Gisèle Rabesahala, promenade au Rova d’Ambohimanga » laquelle fait partie de la série Unesco « Femmes dans l’histoire de l’Afrique ». L’exposition est aussi un hommage à Gisèle Rabesahala, illustre personnage sur le plan politique et culturel malgache. Cette exposition témoigne de la capacité de l’art, notamment la bande dessinée, à s’impliquer dans le développement. Ici, on parle de l’apprentissage de l’histoire par le biais de la bande dessinée.

 La bande dessinée et la musique partagent beaucoup d’histoires communes. Cet espace de croisement est évoqué dans cette exposition qui propose de raconter la musique en bande dessinée « Des chansons à la BD ». Dans cette exposition dédiée aux deux disciplines, on rend hommage à la conteuse, Marthe Rasoanantenaina, décédée dans le courant de l’année, auteure de la collection « Rapeto » et « Jejy voatavo ».

 La dynamique de la bande dessinée actuelle dans les journaux ou sur d’autres supports s’offre à découvrir dans trois autres expositions. La popularité de la bande dessinée dans les quotidiens, la montée en puissance du manga et la liberté de la critique sociale permettra au public d’apprécier le visage actuel de la bande dessinée malgache, sa richesse et sa diversité. La galerie d’art contemporain Is’art, le Parvis de l’Hôtel de ville et l’Université d’Antananarivo verront l’explosion des talents qui n’attendent qu’à être exprimés.

 

Historique de Gasy Bulles

Le premier festival de bande dessinée à Madagascar remonte à bien plus loin que 2005. En octobre 1984 a été organisé le premier festival de BD à Madagascar, un événement initié par le Centre Culturel Albert Camus remonte avec la participation du Ministère de la Culture et de l’Art Révolutionnaire. L’effervescence des années 80 cède la place au déclin entraîné par la crise économique qui frappe Madagascar dès le début des années 90. Avec l’aide de la coopération française, des stages de perfectionnement et des aides à la production ont permis à la bande dessinée de tenir la tête hors de l’eau.

 Dans les années 2000, l’association Mada BD qui regroupe les grands noms de la BD des années 80, avec l’appui du CCAC, a voulu donner un nouvel élan à la BD malgache. Le premier festival de bande dessinée est né en 2001. Jusqu’en 2004 où se tiendra la deuxième édition, stages professionnels et publication ont permis aux dessinateurs d’assurer une certaine visibilité. Le premier mois de la bande dessinée, Gasy Bulles, toujours sous l’impulsion du CCAC, qui a pour but de permettre aux talents confirmés et émergents de se faire connaître. Il s’est donné aussi comme mission d’accompagner et d’épauler les dessinateurs malgaches dans la valorisation de leurs travaux et dans leur professionnalisation.

 

L’association Tantsary et le collectif BDôzy

L’association Tantsary créée en 2008 partage avec le collectif BDôzy, né en janvier 2011, la même mission qui est la promotion de la bande dessinée et des arts visuels sous toutes leurs formes. L’association Tantsary, une structure qui s’est fixé comme objectif la préparation de la relève par la transmission et l’accompagnement des dessinateurs sur le chemin de l’édition. Elle a commencé à s’impliquer dans l’organisation de Gasy Bulles depuis 2010 et a toujours accompagné le festival dans son évolution. Le Collectif BDôzy de son côté s’est formé pour permettre à ses membres de s’entraider dans la promotion de leur art.

 

Association TwANORA

TwANORA, association à but non lucratif, regroupe des jeunes acteurs issus d’horizons différents et s’est donnée comme mission la valorisation et la promotion de la jeunesse malgache. Elle adopte comme philosophie « l’art au service du développement ». Créée en 2004, l’association s’implique davantage dans les missions de sensibilisation sociale dont la lutte contre le Sida avec la réalisation du film de 26 minutes intitulé « Korano la vie », Prix Spécial du Jury au Movie Festival de la RTA en 2007, diffusé à la Candlelight de l’île Maurice en juin 2008.

 La même année, l’association a choisi l’environnement comme thème à développer. Financé par l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar, et a bénéficié du soutien de l’ambassade de Suisse, le projet a donné naissance à un album de sept titres et a fait l’objet de deux représentations : un showcase le 28 août au Centre Culturel Américain Antanimena et un concert gratuit au Théâtre de Verdure d’Ambohijatovo le 30 août 2008. Cette année, l’association veut associer ses efforts à l’organisation du dixième anniversaire du festival de bande dessinée, Gasy Bulles, en étroite collaboration avec les dessinateurs et bédéistes des collectifs BDôzy et Tantsary.

 

Les dates à retenir

- Exposition « Gisèle Rabesahala, promenade au Rova d’Ambohimanga » : Jeudi 5 juin à 11 heures, Bibliothèque Nationale de Madagascar/OFNAC

 - Exposition « Dessin et BD : dix ans au service du développement » / ouverture officielle du festival : Jeudi 5 juin à 18 heures à l’IFM Analakely

 - Exposition « Zombulles » : Jeudi 5 juin à 18h30 à l’Is’art galerie Analakely

- Exposition « Des chansons à la BD » et « Jejy voatavo » : Vendredi 6 juin à 11 heures à l’AFT Andavamamba

 - Exposition « Voka-BD » : Mardi 10 juin à 11 heures sur le Parvis de l’Hôtel de ville

 

© TGN

www.moov.mg

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article