2012-02-20 Des navigateurs pour tout visiteur

Publié le par Alain GYRE

Des navigateurs pour tout visiteur

Madagascar en tant qu'île, a été découverte par les marins. Les archéologues situent l'arrivée des premiers navigateurs sur les côtes malgaches entre le IIIe et le Ve siècle de notre ère. Les Africains croisent dans le canal de Mozambique et s'installent sur le littoral. Néanmoins, la majorité des Malgaches descendent des Indonésiens. Ceux-ci atteignent l'île sur de légères embarcations à balancier après une longue traversée au gré des vents et du courant équatorial est-ouest.

Durant le premier millénaire de notre ère, Madagascar est régulièrement visité, car elle est sur une voie de navigation entre les Indes, le Golfe persique, la Mer rouge et les côtes orientales africaines. L'océan Indien bénéficie d'un bon système de vents et de conditions maritimes favorables au voyage. Entre novembre et mars, les vents du nord-est soufflent; de mai à septembre, les vents contraires du sud-ouest dominent. Leur sens détermine aussi les courants. Ainsi, les voyages dans les deux sens se font pendant une période de cinq à six mois.

En dépit de l'insécurité sur la voie maritime, les Arabes connus pour être des marins habiles, dominent le commerce dans l'océan Indien du VIIe jusqu'à l'arrivée des Portugais vers le XVIe siècle. Les négociants arabes fréquentent les côtes orientales africaines, puis traversent le canal de Mozambique pour atteindre Madagascar. Ils y établissent une série de comptoirs où ils stockent les meilleures ressources de
la Grande île qu'ils collectent.
Ces comptoirs commerciaux sont concentrés dans le Nord-Ouest et tout le long de la côte occidentale, en particulier dans la baie de Boegny, Mahajanga et l'île de Nosy Manja à l'entrée de la baie de Mahajamba. Venant de Maindi et de Mombassa, ils échangent de l'or, de l'argent et de la fine étoffe d'Afrique, de la péninsule arabique et des Indes contre du riz et des esclaves.

Les navigateurs apportent avec eux leurs cultures et traditions. Les négociants arabes appelés Antalaotra par les Malgaches viennent surtout commercer. Mais quand ils quittent la Grande île à l'arrivée des Européens, ils y laissent une grande influence encore évidente. Beaucoup de mots arabes sont adoptés dans la langue malgache. Ces négociants propagent aussi l'Islam. De la région de Mahajanga, ils remontent vers le Nord-Ouest, tournent autour du cap d'Ambre pour suivre le littoral Est jusqu'à Tolagnaro.

Il semble que marchands ou missionnaires, ils s'infiltrent pendant une période relativement longue qui commence vers le Xe siècle. Des immigrants musulmans s'établissent dans le Sud-Est et convertissent quelques groupes ethniques à l'Islam. Ces derniers adoptent l'alphabet arabe et la géomancie.

Durant la même période, les Chinois entretiennent aussi des relations commerciales avec les pays de l'océan Indien. En 1405, le grand Cheng Ho lance la première de ses sept grandes expéditions maritimes dans cette zone. Elles s'étalent sur une trentaine d'années et comportent sept flottes de plus de cent vaisseaux à chaque fois. Les Chinois visitent plusieurs pays du Golfe persique, des Maldives et le long des côtes orientales africaines. Rien ne prouve pourtant qu'ils aient abordé à Madagascar.

Quoiqu'il en soit, dans l'ensemble, les habitants de la Grande île vivent dans un
isolement relatif jusqu'à ce que les colons français s'établissent pour explorer l'intérieur de l'île dans la seconde moitié du XVIIe et au XVIIIe siècles.

Pela Ravalitera

Lundi 20 fevrier 2012

Notes du passé

L’Express

 

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article