2012-11-13 Le monopole commercial de l'exportation des boeufs

Publié le par Alain GYRE

Les sillons du passé : Le monopole commercial de l’exportation des boeufs

     

 

Mardi, 13 Novembre 2012 00

A l’époque de Ranavalona 1re, l’exportation de bœufs vers l’île Maurice relevait d’un monopole accordé à de très hauts dignitaires du royaume. Il s’agissait d’abord du prince héritier Radama II, du prince Ramboasalama, du prince Ramonja, de la princesse Rabodo, de Rainijoary, de Rainilaiarivony, de Rainimaharavo et des deux filles de Rainiharo. Au total, une douzaine de personnes achetait les bœufs au prix de 4 à 5 piastres l’unité pour la revendre à 15 piastres au moins. Ce commerce rapportait de grosses sommes d’argent à cette époque. De nombreux vaisseaux étrangers venaient à Toamasina pour acheter le bétail. Pour que ce monopole commercial pût s’exercer pleinement, la reine avait publié en 1832 une ordonnance spécifiant que les bœufs et le riz ne devaient être échangés que contre des fusils et de la poudre. Comme l’armement était réservé au gouvernement, les simples commerçants étaient écartés d’office de l’exportation de bœufs. L’injustice faisait dire au Gouverneur de Maurice : « Chez vous, personne ne peut vendre des bœufs à des Européens, à moins d’être un personnage influent. »

Z.R.

Midi Madagasikara

Publié dans Les sillons du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article