2012-11-23 Le 1er et le 11 novembre célébrés par des gerbes

Publié le par Alain GYRE

Le 1er et le 11 novembre célébrés par des gerbes

Du 31 octobre au 7 novembre 1955, Luc Fauvel, professeur agrégé d’économie politique donne une série de conférences au Cercle franco-malgache, la première intitulée « Va-t-on vers une reconnaissance économique de la France » Par la suite, le conférencier traite successivement de différents sujets : « Les États-Unis et l’Europe face aux problèmes économiques de l’Afrique et de l’Asie » et « Qu’est-ce que l’économie politique Son importance et sa nécessité ».
Le 2 novembre, Antananarivo commémore la Fête des Morts à travers différentes céré­monies marquées par le dépôt de gerbes au Monument aux Morts du cimetière d’Anja­nahary et de celui d’Ivato, ainsi qu’aux cimetières d’Ambohipo et des Manguiers.
Une messe solennelle chantée est enfin célébrée à la cathédrale d’Andohalo en fin de matinée.
Le 3 novembre, après ses séances plénières des 20, 25, 28 et 29 octobre, l’Assemblée représentative de Madagascar clôt les travaux de sa session budgétaire.
Le 19 octobre, Jean Rivière, directeur des Finances, a présenté devant la commission des Finances de l’Assemblée, la situation économique et financière de Madagascar.
Durant la séance du 29 octobre, le rapporteur général, Olaf Aubry évoque dans « un magistral exposé », les grandes lignes de la situation du territoire.
La dernière séance se termine par une allocution du président Labrousse qui dresse le bilan des travaux de la session budgétaire et dégage « les leçons pour l’avenir ».
Le 5 novembre, c’est au tour de la session ordinaire de l’Assemblée provinciale d’Anta­nanarivo, sous la présidence de Desblanc, de s’ouvrir.
Le chef de la province Guerde prononce à cette occasion un important discours à travers lequel il brosse un tableau de la situation sanitaire, scolaire, économique et financière de la circonscription.
Du 5 au 13 novembre, Le Cudence expose ses tableaux au Hall d’information de la capitale.Le 9 novembre, la Musique de la garnison de Tananarive donne un concert de gala au Cercle franco-malgache.
Sous la présidence du Haut-commissaire André Soucadaux et du général Gardet, commandant supérieur des Forces armées de Madagascar et dépendances, le concert dirigé par le lieutenant Jean Bertrand remporte un vif succès devant une nombreuse assistance.
Le 11 novembre, la traditionnelle cérémonie de cette journée se déroule à Antana­narivo, dans un décor un peu différent des années précédentes. Aux perspectives un peu solennelles de l’avenue de La Libération, André Soucadaux et Gardet préfèrent l’esplanade verdoyante de Mahamasina.
Pendant que tonnent les canons du Fort-Voyron, se déroulent la prise d’armes, le défilé des troupes et des anciens combattants, le dépôt d’une gerbe au Monument aux Morts du lac Anosy.
De son côté, le consulat général du Royaume-Uni dépose la sienne au Monument du cimetière d’Anjanahary. Enfin, un grand banquet des Anciens combattants clôture les cérémonies officielles.
Huit ans plus tard, le projet de budget 1964 s’équilibre à 23 725 millions, le 3 novembre
1963. Le 23 novembre, à la suite de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, président des États-Unis, un conseil extraordinaire des ministres se tient au Palais de Mahazoarivo, dirigé par le président Philibert Tsiranana. Il est décidé que sur tout le territoire de Mada­gascar et dans les ambassades malgaches, tous les drapeaux seront mis en berne jusqu’au jour des funérailles.
M. Akbaraly, généreux mécène, indien de naissance, français d’esprit, malgache de cœur, a fondé en 1961 deux prix littéraires dotés de 10 000 FMG chacun (2 000 FF) sans parler des deux prix de 25 000 FMG (500 FF) destinés à une étudiante et un étudiant choisis par le Conseil de la faculté des Lettres pour leur valeur et leur mérite.
Le 28 novembre 1963, les deux œuvres primées sont le roman historique « Princesse zazafotsy de Nosy Be » de Thérèse Laquay, et l’ « Art d’être grand-oncle » de Franck Andrianjatovo.

Pela Ravalitera

Vendredi 23 novembre 2012

L’Express

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article