2013-01-04 Un royaume au-delà de l'Imerina actuel

Publié le par Alain GYRE

Un royaume au-delà de l’Imerina actuel

Sous le règne d’Andriamasi­navalona, l’Imerina se constitue de quatre grands territoires. Le premier est le Vakinifanangoavana, limité à l’ouest par Anosibe, au nord par Vohilena, au sud par Kaloy et à l’est par la lisière de la forêt orientale. Le second se dénomme le Vakinan­tsahasarotra avec comme frontières au nord Vohilena aussi, à l’est Betatao, à l’ouest Miakotso, au sud Ambohimamy. Le troisième est le Vakinombifotsy avec comme limites Antongona au sud, l’Ikopa au nord, l’Ombifotsy à l’ouest et Antananarivo à l’est. Enfin, le quatrième est constitué du Vakini­bangoina, c’est-à-dire la partie nord de l’Imerina.
Comme leur nom l’indique (vakiny, traversé par) ces territoires se distinguent par les cours d’eau qui les arrosent.
Antananarivo est alors la capitale du royaume. Andriamasinavalona, de son vivant, partage ses États entre ses quatre fils, plaçant Andriantsimitoviaminandriana, ascendant d’Imboasalama par sa mère, à Ambohimanga ; Andrianjakanavalomandimby, près de lui à Antananarivo ; Andrianavalonimerina à Ambohitrabiby ; et Andriantomponimerina à Ambohidratrimo. Et il ne manque pas de placer son neveu Andriambohinimerina à Alasora.
Quand Andrianampoinimerina « pacifie » et agrandit le royaume, il fait de ces quatre territoires le centre de l’Imerina avec comme capitales Ambohimanga et Antananarivo. Tous ceux qui viennent dans cette région disent alors « monter en Imerina ». C’est-à-dire ceux venant des territoires périphériques du Vakinandranobe au nord, du Vakinombifotsy à l’ouest et du Vakinandriambilany au sud.
L’alcool, le porc et le chanvre sont interdits en Imerina central. Voilà comment, selon tradition, le souverain explique lui-même cette interdiction : « Le cochon affame les Ambaniandro (sujets), le peuple, parce qu’il mange leur manioc, leur patate et leur riz alors que je m’efforce d’assouvir leur faim. En outre, Kelimalaza et Ramahavaly- les plus grandes idoles royales- haïssent le porc ; si elles ne l’aiment pas, je l’abhorre aussi car elles m’ont aidé à reconquérir l’Imerina. »
En ce qui concerne l’alcool, Andrianampoi­nimerina voit dans ce vice la source d’une foule de problèmes : agressivité, assassinat, services royaux non accomplis, grossièretés dans le comportement et les paroles devant des personnes « fady »… Ainsi, c’est un crime sanctionné par la peine capitale que d’introduire ces deux produits en Imerina central, limité à l’est par l’Angavo, au nord par Sahisarotra, à l’ouest par Ambohimirimo pour le porc et Ambohibalala pour l’alcool.
Au-delà de ces localités-frontières, autrement dit de l’Ambodinangavo, du Vakinan­tsahasarotra, du Vakinombifotsy (à l’ouest de Sakay), on peut faire de l’élevage porcin et fabriquer de l’alcool.
Quant au chanvre, « je vous interdis d’en fumer, car il vous rend fous. Vous pouvez en planter pour en tirer ce qui vous est nécessaire à la confection de tissus et de fils ».
Sous Andrianampoinimerina, le royaume finit par dépasser largement les limites actuelles de l’Imerina. Il faut dire que les conquêtes du roi lui permettent d’étendre son royaume puisque le Vakinankaratra s’étale jusqu’au nord de la Mania et le Vakini­matsiatra (Betsileo du nord). Le Mandridrano comprend le Marovatana et l’Ambodirano et déborde sur l’Imamo (dans le Moyen-ouest) et au-delà du sommet de Mahatsinjo, dans le Tampoketsa. L’Avaradrano va plus loin que la Lily jusque dans le Mamolakazo. Le Voni­zongo, toujours à l’Ouest, n’est séparé du Boina, pays des Sakalava du Nord, que par l’Ikopa et atteint Andriba, Merimandroso, Marofotsy… À l’Est, le royaume merina est limitrophe à la grande forêt orientale dans l’Androna et Betatao, aux portes des pays Bezanozano, Tanala…

Pela Ravalitera

Vendredi 04 janvier 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article