2013-05-02 Les avis controversés de Paul Minault

Publié le par Alain GYRE

Les avis controversés de Paul Minault

Dans sa livraison du 17 juin 1897, le journal « Le Temps » publie plusieurs lettres du missionnaire Paul Minault, assassiné un mois plus tôt, le 21 mai à Ambaton­dradama. Ces lettres portent des avis très sévères sur le climat malgache, l’auteur posant ce principe : « Madagascar est un terrible climat pour les Européens. »
Aussitôt, ceux qui connaissent mieux la Grande île, réfutent cette assertion étant donné la variété géographique que l’on y rencontre. Il est des contrées où les Européens s’acclimatent difficilement et d’autres, plus nombreux, où ils peuvent vivre « en aussi parfait état de santé qu’en Europe ». Ils illustrent leurs propos par l’exemple du Betsileo qui possède un climat très sain.
Paul Minault a évoqué les pertes françaises subies pendant la campagne, sur l’axe Mahajanga-Antananarivo. Situation exceptionnelle, précisent ceux qui ne partagent pas son opinion. « Les soldats vivaient dans des conditions absolument anormales. Et il n’y a qu’à se rappeler l’histoire de tant de guerres qu’a subies l’Europe pour savoir que toute armée éprouve, par suite des fatigues et des privations, un déchet considérable. »
Paul Minault écrit aussi qu’à Toamasina, « tous les Européens ressemblent à des squelettes ». « Là encore, il exagère », contredisent les autres qui soutiennent que beaucoup ont vécu des années dans la ville sans revêtir le « fâcheux aspect qu’il a décrit ». Et ce qu’ils renient surtout concerne le doute de Paul Minault de la possibilité d’amener à Madagascar des femmes et des enfants nés en France.
« C’est une inspiration venue de Dieu que la pensée que j’ai eue de laisser Pierre (son fils) en France… Je suis maintenant tourmenté par la grosse question de savoir si je dois faire venir mes enfants à Madagascar… »
Paul Minault évoque alors son « terrible » déplacement de Toamasina à Antananarivo.
« Je ne peux essayer de vous donner une idée de tous nos contretemps, de toutes nos fatigues pendant ce voyage. » Et d’ajouter : « Je ne vous cache pas que je suis très impressionné pour eux (ses enfants) et que je crains bien que Dieu me demande le terrible sacrifice de me séparer de mes enfants. »
À quoi rétorquent les autres Européens : « Bon nombre de nos compatriotes qui ne se sont pas montrés aussi timorés, ont amenés leurs familles avec eux et n’ont pas eu à se repentir de leur décision. » Ils citent ainsi le cas de Bompard, Deschamps, Tribe, le Dr Besson venus avec femme et enfants.
Les critiques pleuvent aussi sur Paul Minault à cause de sa « particulière antipathie » pour les voyages en filanjana. Pourtant, on ne compte plus le nombre des Européens « qui ont fait et font usage de ce mode de locomotion ». Mmes Bompard, Deschamps, Tribe, Besson, et bien d’autres, « Françaises, Anglaises, Norvégiennes ont voyagé en filanjana » et cependant le voyage ne leur laisse pas un souvenir de fatigue.
Ils parlent même de « la courageuse Mme Besson » qui a fait le même trajet que Paul Minault de Toamasina à Fianarantsoa, « dans un état de grossesse avancée. Ce qui ne l’a pas empêchée, après son arrivée à Fianarantsoa, de donner le jour à un très bel enfant ».
En fait, selon ces Européens qui connaissent bien la Grande île, « Paul Minault a eu en débarquant une fâcheuse impression ». Ils s’expliquent : « De quelques exemples d’Européens malades qu’il a eus sous les yeux, ou qu’on lui a cités, il a conclu que le climat de Madagascar est toujours funeste aux Européens. C’est une généralisation trop prompte d’un esprit insuffisamment préparé, semble-t-il, à la vie coloniale. »
Et de conclure : « Mais il y a lieu d’être surpris que la Société des missions évangéliques, qui est en mesure d’être bien renseignée, ait laissé publier ces lettres et contribué ainsi à jeter la défaveur sur notre nouvelle colonie, alors que tous les efforts devraient s’unir pour en développer la prospérité. »

Pela Ravalitera

Jeudi 02 mai 2013

Notes du passé

L’Express

 

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article