2013-05-04 L’affaire des zébus malgaches durant la grande guerre

Publié le par Alain GYRE

L’affaire des zébus malgaches durant la grande guerre

Pour ravitailler en viande la population et les soldats français, durant la guerre de 1914-18, le gouvernement français décide d’importer de Madagascar 100 000 zébus sur pied annuellement. Cependant, pour des raisons de transport (durée de voyage aller-retour, bruit fait par les bestiaux et l’odeur qui en émane…), le projet est abandonné après avoir été réduit à l’exportation de 10 000, puis de 600 bœufs vivants en 1915, à partir de Vohémar.

Le gouverneur général Garbit de la Colonie n’est toutefois pas favorable à l’abandon complet du projet. Il s’en explique dans un câblogramme adressé à Paris le 14 juillet, où il évoque les différentes mesures déjà prises, les installations importantes réalisées, les dépenses effectuées pour entraîner les bœufs à s’adapter à l’alimentation qui sera la leur sur le bateau « Loire »…

De plus, la presse locale commence à parler de l’ « Affaire » et à s’inquiéter des retards. Le 2 juillet, la « Tribune de Madagascar » écrit, dans un « article d’anticipation », qu’elle craint fort que le coût de l’opération ne soit trop élevé pour le résultat final. « Des études approfondies auraient dû être faites, dont la partie essentielle devrait être la question transport, alimentation du bétail durant la traversée », critique-t-elle. Quelques jours plus tard, le journal publie une correspondance d’un lecteur de Vohémar qui relate l’historique de l’opération, sous le titre : « Un fiasco administratif ».

Pour sauver la face comme il se doit et éviter les critiques que ne manquerait pas de déclencher la suppression complète du transport, le GG Garbit suggère d’embarquer 200 bœufs sélectionnés « que l’on pourrait installer dans d’excellentes conditions ; le reliquat serait vendu aux usines locales de conserves ». Le ministère de la Guerre refuse pourtant d’envisager cette solution, en  alléguant notamment « les risques de mortalité du bétail pendant la traversée de la Mer Rouge ». Il renouvelle au GG l’ordre de céder les bœufs aux sociétés qui fabriquent des conserves pour la guerre. Il précise cependant que l’exportation de bétail sur pied serait « reprise en septembre ». À quoi le GG rétorque, le 20 juillet, « qu’à partir de septembre, au contraire, l’exportation sera pratiquement impossible, les bœufs étant amaigris à cause de la saison sèche ».

Garbit insiste pour qu’à défaut des 200 bœufs, il lui soit autorisé d’offrir gracieusement, au nom de la Colonie, 50 bœufs expédiés par le « Loire ». Ce sera, explique-t-il, « à titre d’expérience et permettra d’utiliser le vétérinaire Dufour, rapatrié, qui a préparé le lot ». Pour atténuer son insistance, le GG précise toutefois que « la mortalité éventuelle est sans importance, le prix des bœufs secondaire comparé à toutes les dépenses occasionnées par l’opération avant leur embarquement ». Du reste, il admet que le transport du bétail vivant présente « de sérieuses  difficultés économiques et pratiques » et qu’à l’avenir, le système de la congélation ou de la conserverie dans des usines équipées sur place « sera le seul utilisable ».

Convaincu sans doute, pour ne pas contrarier le GG certainement, le ministre accepte finalement le 23 juillet, l’embarquement de 

50 bœufs offerts par la Colonie. Pendant ces échanges de câblogramme, le « Loire » et les zébus attendent avec patience les décisions de l’Administration. Le médecin-major Borel note dans son rapport : « Il est enfin décidé que les bœufs ne seront embarqués qu’au nombre de 50, don gracieux de la Colonie à la Métropole, qu’ils seront établis sous double tente. » Il faut donc réaménager le navire en fonction du nouveau contingent, à Toamasina.

Au total, dans son voyage sur la France, le « Loire » transporte 555 hommes et 50 zébus. Le 23 août, le vapeur est à Djibouti par une chaleur caniculaire qui indispose les passagers durant la traversée. Chez les bovins, au contraire, tout se déroule à merveille. 

Le 29 août, le navire est à Suez et le 8 septembre, il entre à Marseille. Tandis que les 

animaux sont en route, le GG prépare leur accueil en France à la demande du vétérinaire Dufour, juste avant le départ d’Antsiranana. Le GG câble au ministère de « donner instructions à intendance pour réception immédiate des bœufs ».

Pela Ravalitera

Samedi 04 mai 2013

L’Express

 

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article