2013-07-04 Chute de Sahavondronina et capitulation d’Arivonimamo

Publié le par Alain GYRE

Chute de Sahavondronina et capitulation d’Arivonimamo

 

« La mer sera la limite de mon royaume. » Appliquant sa célèbre formule, Andrianampoinimerina commence par rassembler sous son autorité tout l’Imerina. Puis il se tourne vers l’Imamo. La partie occidentale du pays ne lui oppose aucun obstacle, puisque Andriamary lui fait sa soumission de plein gré. Le roi de l’Imerina s’en prend alors à l’Imamo oriental.
La première véritable bataille se déroule à Sahavondronina (actuel Ambohimandroso). C’est aussi là qu’a lieu la première défaite de l’Imamo.
Situé au sud-est d’Arivonimamo, à proximité immédiate de l’Ombifotsy, rivière-frontière avec l’Imerina, « Sahavondronina se présenta comme un vaste terre-plein ceint d’un dédale de fossés larges et profonds (Georges Augustins, assistant de coopération, 1971). A cette époque, un canal souterrain permet d’inonder tous ces fossés, rendant leur franchissement très périlleux ».
Aujourd’hui, toute construction a disparu du site, « mais on peut encore voir l’entrée d’une multitude de petites grottes qui pouvaient accueillir chacune une trentaine de personnes. Elles permettaient à la population de venir s’y cacher en cas d’invasion, échappant ainsi au joug du vainqueur ».
Lorsqu’Andrianampoinimerina entreprend sa conquête, c’est Andriamarobasy, fils d’Andriamarotafika et petit-fils Andriambepivovo (lire précédente Note) qui règne sur l’Imamo oriental.
Le roi de l’Imerina s’installe avec ses soldats dans un petit village situé en vis-à-vis de Sahavondronina, mais de l’autre côté de l’Ombifotsy. De là, il peut observer les mouvements de l’ennemi et établir ses plans en conséquence. Au même moment, à Sahavondronina, « Andriamarobasy disposait d’un millier d’hommes qu’il répartit en deux groupes égaux, l’un à l’intérieur de l’enceinte, l’autre à l’extérieur. La disposition du site permettait de les dissimulait efficacement, l’estimation de leur valeur défensive devenait ainsi délicate pour l’ennemi ».
D’après la tradition orale, le siège dure longtemps, six mois selon les « Tantara ny Andriana eto Madagascar » du R.P Callet, car de nombreux assauts ne peuvent venir à bout de cette « forteresse presque imprenable ». Les défenseurs lancent du sable brûlant et des projectiles divers sur les assaillants qui ne peuvent franchir les fossés, bien qu’ils aient tenté à plusieurs reprises d’y poser des ponts.
C’est alors qu’Andrianampoinimerina a l’idée de faire dériver l’eau des fossés vers l’Ombifotsy, grâce à un canal « que l’on peut encore voir en 1971 et qui, si l’on en juge par sa taille, dût nécessiter de longs travaux ». C’est ainsi que les fossés sont asséchés.
Pressentant l’imminence de la défaite, Andriamarobasy parvient à s’enfuir deux jours avant la fin des travaux. « Il arriva dans le Valalafotsy où les hommes d’Andrianampoinimerina le découvrirent et le mirent à mort. »
Les habitants de Sahavondronina, les Iefadreny « dont le nom vient de leur chef », ont la vie sauve. Cependant, Andrianampoinimerina interdit à quiconque de résider dans cette place forte et ils doivent se déplacer. C’est pourquoi ils s’installent à Ampahimanga « où vivent encore leurs descendants ».
Après la chute de Sahavondronina qui entraîne la capitulation d’Arivonimamo et des villages avoisinants, Andrianampoinimerina se rend à Ambohibeloma où réside Andriampoetsakarivo et ses sujets, les Zanakandriamasoandro. Andriampoetsakarivo renonce finalement à défendre Ambohibeloma et Andrianampoinimerina s’en empare facilement.

Pela Ravalitera

Jeudi 04 juillet 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article