2013-07-15 Aventure spéléologique à Ambilobe et Toliara

Publié le par Alain GYRE

Aventure spéléologique à Ambilobe et Toliara

 

Depuis des années, le club spéléologique (Association malgache d’archéologie et Musée de l’université) procède à de nombreuses explorations des grottes de Madagascar.

En 1971, Jean et Claudine Duflos Ravelo­nanaosy indiquent que certaines sont utilisées soit comme abri ou refuge devant un danger, soit comme lieu de dépôt funéraire. Ils citent pour l‘illustrer « Anjohin’Olona » (Grotte de l’Homme) dans la région d’Ambilobe au Nord de l’île, et « Kintsian’ny Olona Taloha » dans le Sud, du côté de Toliara.

La première grotte est située au pied du massif de l’Ankara, près du village d’Andro­fiabe, au nord d’Ambilobe. Le couple d’explorateurs explique les moyens d’y accéder.

« On peut y parvenir soit en venant d’Ambilo­be, soit en passant par Andoharano, par la piste des grottes de l’Ankara, soit par le Nord en venant d’Anivorano. L’état de ces pistes est très variable (à l’époque), mais celle du Nord est, en général, la meilleure. »

D’Androfiabe, il faut suivre la piste d’Ani­vorano sur environ 1,500 kilomètre, puis tourner vers l’Est, dans la plaine de basalte. La traversée de celle-ci (d’une longueur de 5 kilomètre environ) est (à l’époque) « accessible à tout véhicule ayant une bonne garde au sol, en raison des nombreux rochers noirs qui la parsèment ».

De loin, on aperçoit la falaise de l’Ankara et les trois grandes cassures qui sont à l’Est d’Androfiabe. Entre la première (la plus au nord) et la seconde se trouve la grotte d’Androfiabe.

« Anjohin’Olona » est juste au sud de la seconde.

Pour atteindre l’ouverture, il suffit de grimper une vingtaine de mètres dans les lapiaz. « La grotte n’est pas profonde, mais les salles sont grandes et ornées de très belles concrétions, dont beaucoup sont d’un beau rouge vif. »

Mais c’est au-dehors, devant l’entrée, que se trouve un squelette humain. « Il est étendu sur un endroit plat, dans un creux de rocher. Les os sont bien conservés et semblent tous intacts et relativement anciens. Il est juste un peu abrité par la roche en saillie au-dessus de lui. À son côté a été mis un grand bâton. Non loin de sa tête est placé un grand vase vide en terre cuite. »

L’autre site est « Kiantsan’ny Olona Taloha», près de Beravy. A signaler que « par erreur, un grand nombre de cartes indiquent Bevary. » Ce village est situé à 80 kilomètres à vol d’oiseau au nord de Toliara.

Pour y accéder à partir de cette ville, il faut prendre la route de Morondava jusqu’à Antseva, à 90 kilomètres, puis bifurquer vers l’Est sur une « bonne » piste (en 1971) d’environ 15 kilomètres.

La grotte « Kiantsan’ny Olona taloha » se trouve à 4 kilomètres environ au nord de Beravy, plus précisément au Sud-Est de cette localité. D’ailleurs, les villageois prennent du plaisir à en indiquer la direction.

L’entrée est constituée par un petit gouffre d’effondrement, placé dans un bois, tout près de la lisière.

L’accès par une pente d’éboulis, en est très facile. La partie principale de la cavité se développe vers l’Est, sur 12 mètres et sa profondeur est d’environ 5 mètres. « Cette partie présente vers le bas quelques concrétions, surtout des stalactites, et son fond est humide. »

« La partie dans laquelle les objets ont été trouvés est un peu moins grande et se développe sur des éboulis vers le Sud et un peu vers l’Ouest. »

 

 

 

Pela Ravalitera

 

Lundi 15 juillet 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article