2013-07-20 Assassiné pour être rentré des îles

Publié le par Alain GYRE

Assassiné pour être rentré des îles

 

Par Pela Ravalitera

 

Janvier 1646. Le navire « Le Royal» quitte le Fort Dauphin. De Pronis, fondateur et premier gouverneur de la Colonie, expédie en France un chargement d’ébène, de cire et de cuir. Il confie, en outre, au jeune Jean de Foucquembourg, arrivé avec lui dans la Grande île en 1642, des lettres et des pièces comptables pour les administrateurs de la Compagnie d’Orient, dont Etienne de Flacourt. Ni le messager ni les documents ne parviendront jamais à destination. En mai 1646, après un voyage normal, 

« Le Royal » mouille en rade de Saint-Martin-de-Ré et de Foucquembourg reçoit l’ordre de conduire les marchandises à Saint-Nazaire où les cargaisons en provenance des colonies bénéficient dans ce port des droits de douane et d’entrée avantageux. Dès que les opérations de débarquement s’achèvent, très pressé, il achète une monture pour gagner la capitale. Comme les routes françaises ne sont pas alors de toute sécurité, il accepte la compagnie d’un inconnu rencontré « par hasard » dans une auberge du port. Il se nomme Le Lièvre et porte le nom de guerre de La Barre. Il prétend revenir de la Martinique pour passer un congé à Paris.

« Si les routes du XVIIe siècle n’étaient pas sûres, les auberges ne devaient pas l’être davantage. Mais quatre années passées à la Colonie, avaient effacé toute méfiance de l’esprit de Foucquembourg qui, bien imprudemment, se mit en route avec son nouveau compagnon » (Urbain-Faurec). Au lever du jour, alors que les deux voyageurs chevauchent au cœur de la forêt de Dreux, La Barre décharge soudainement son pistolet sur le trop confiant jeune homme et l’abat raide mort. Puis, il dépouille le corps avant de le dissimuler dans les fourrés, qui bordent les sentiers. Par la suite, craignant d’être retardé par le cheval de sa victime, La Barre requiert les services d’un jeune paysan des environs.

Ce dernier accepte de l’accompagner jusqu’à Paris où « les deux hommes arrivèrent à franc étrier et descendirent à l’Hostellerie de la Croix-de-fer, sise en la rue Saint-Martin ». C’est un établissement connu par le brigand « pour être surtout fréquenté par une clientèle d’étrangers, Italiens, Flamands et Allemands, parmi lesquels il pensait passer inaperçu ». Dès la nuit venue, dans sa chambre soigneusement verrouillée, le criminel fait l’inventaire du 

« porte-manteau » de Foucquembourg. Il s’empare de la petite somme qui s’y trouve et brûle les comptes et documents adressés à la Compagnie qui risquent de le compromettre. Et le lendemain, après avoir vendu aux portes mêmes de Paris la monture de sa victime, La Barre peut se croire assuré de l’impunité.

Mais… Tandis qu’il commet son meurtre, le coup de feu attire un garde-chasse seigneurial, à l’affût des braconniers, mais il ne découvre le corps de Foucquembourg que tardivement. Il alerte le magistrat du village le plus proche qui, après avoir fait donner une sépulture décente au corps, rend compte du crime au procureur du Roy à Dreux. On établit sans peine, grâce aux renseignements recueillis sur place, que l’assassin dont on détient un signalement complet, a pris la direction de Paris en compagnie d’un jeune homme du pays. 

Aussi le procureur  désigne-t-il l’un de ses assistants pour poursuivre l’enquête dans la capitale. Un juge qui doit avoir les qualités d’un bon détective, car son enquête a tôt fait d’obtenir des résultats. À peine arrive-t-il dans la capitale française qu’il tombe, précisément en pleine rue Saint-Martin, sur le jeune campagnard qui a accompagné La Barre. Aidé de quelques « argousins », l’enquêteur n’a guère de difficulté à cuisiner le « naïf ». Ce dernier, jugeant sans doute que l’affaire doit être assez louche, n’hésite pas à se mettre à table. Il raconte notamment qu’il a touché deux écus pour prix de ses services et donne, sans se faire prier, l’adresse de La Barre.

Quelques heures plus tard, le criminel est appréhendé Place du Palais Royal et incarcéré au Chatelet. « Brodequins, estrapade, supplice de l’eau et autres mignardises eurent tôt fait de tirer de lui des aveux complets ! » Il déclare ainsi qu’il a appris que Jean de Foucquembourg « revenait de Madagascar » et qu’il le croit porteur sur lui des pierres précieuses et de la poudre d’or… Le Lièvre alias La Barre est roué sur la Place de la Grève pour crime de sang. Et ce, après que le bourreau lui a rompu les os au moyen d’une lourde pièce de fer, comme l’usage le veut.

Durant toute cette affaire, Etienne de Flacourt enrage d’avoir perdu le courrier de Madagascar que La Barre a pris le soin de brûler dans sa chambre d’hôtel. Mais « ce menu supplément à cet horrible supplice » lui permet de faire un jeu de mots « plus cruel que spirituel ». C’est ainsi qu’il clame : « L’assassin du commis de la Compagnie avait eu, sur l’échafaud, les membres brisés par une barre dont il portait le nom… »

 

 

Samedi 20 juillet 2013

L’express

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article