2013-07-29 La corvée, base du système administratif

Publié le par Alain GYRE

La corvée, base du système administratif

 

29/07/2013

 

La corvée était à l’origine des nombreuses réalisations de l’époque royale. Elle touchait tous les secteurs de  la production et de la construction. Les grands travaux agricoles, les prestigieux monuments comme le tombeau de Rainiharo, le palais de Manjakamiadana etc…., ont été, entre autres, les dignes temoignages de ces actions.

 

La corvée, bien qu’elle soit entrée dans les moeurs au point  que le peuple ne la remit jamais en question, ne présentait pas que des avantages. Jean Laborde écrivit dans son ouvrage que « Lorsque le soir arrive, combien  de ces malheureux exténués par le travail de la journée et tenaillés par la faim, car on ne leur donne pas même la nourriture, tombent de fatigue et d’épuisement pour ne plus se relever ». Une manière de dénoncer l’oppression que constituait la corvée à cette époque.

 

La corvée n’aurait jamais pu être abolie sans les conseils de M. Garnier, représentant de la France et de Jean Laborde auprès du Premier Ministre Rainilaiarivony.  La corvée était à la base du système administratif en Imerina. Comme les impôts en argent n’existaient pas encore, elle devait être réservée aux hommes libres, car les esclaves et les nobles en étaient exempts. Toutefois, la corvée a généré de nombreux abus. D’une part,  les gens riches se faisaient remplacer par leurs esclaves. Et d’autre part, aucune limite de temps n’a jamais été fixée pour le travail des corvéables si bien que la corvée fit périr beaucoup de gens.

 

Z.R.

Midi Madagasikara

Publié dans Les sillons du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article