2013-08-02 Le pouvoir politique des « Dady », ces reliques royales

Publié le par Alain GYRE

Le pouvoir politique des « Dady », ces reliques royales

 

01/08/2013

 

La possession des reliques sacrées conférait à leur détenteur la légitimité du pouvoir royal. Un roi sans « Dady » écrit Philippe Oberlé, était un monarque sans sceptre et n’avait aucune autorité. Le même auteur ajoute qu’à la mort d’un souverain, les prétendants à la succession se disputaient parfois la possession des « Dady » allant jusqu’à les faire dérober à l’hériter légitime pour tenter de lui ravir le pouvoir. Nous laissons à cet auteur la responsabilité de pareils propos. On peut y ajouter toutefois que l’administration française sut mettre à profit l’immense respect qui entourait naturellement le détenteur des « Dady ». Il suffisait de confisquer les reliques pour obtenir la soumission d’un clan irréductible, s’il faut en  croire le témoignage de Raymond Decary, rapporté par Philippe Oberlé : « En 1913, le chef rebelle Alitsihazo, qui tenait la brousse vers  Bevry, au nord de Tsiandro, eut son campement surpris par le capitaine Bonnard, et ses « Dady » furent enlevés. Quelque temps après, le chef faisait sa soumission. En juin 1914, l’administrateur Frénée rendait solennellement les reliques  à la mère d’Alitsihazo, qui le remercia en ces termes : « Tu nous rends la vie. Depuis que nous avions perdu les reliques, les ancêtres se montraient sans pitié, aucun sacrifice ne les apaisait, tous les malheurs s’abattaient sur nous et notre  race allait périr. Grâce à toi, nous pourrons encore implorer leur clémence avec l’espoir d’être écoutés. Je te promets qu’Alitsihazo et tous les miens resteront désormais soumis ; ils ont compris que leur rébellion avait offensé les aïeux »

 

Le pouvoirpolitique des « Dady » est-il un mythe ? Certainement pas !

 

+S.J.

Midi Madagasikara

Publié dans Les sillons du passé

Commenter cet article