2013-08-12 La monnaie « coloniale » utilisée à Madagascar

Publié le par Alain GYRE

La monnaie « coloniale » utilisée à Madagascar

 

L’ambassade envoyée en Europe en 1883  devait étudier la possibilité d’une fabrication de pièces en argent pour le Trésor malgache en Allemagne. Tentative sans suite. En 1885, pour payer l’indemnité de guerre exigée par la France (10 millions), Rainilaiarivony signe avec Abraham Kingdon la fabrication de monnaies en Angleterre. Mais le consul français Le Myre de Vilers exige primo, l’annulation du contrat, et secundo, un emprunt  auprès du Comptoir national d’escompte de Paris. À partir de 1889, des pourparlers sont faits avec l’ingénieur Rigaud pour une frappe de monnaies. Les discussions sont longues et l’ordre de frappe n’est pas donné quand survient la seconde guerre franco-malgache de 1895.

Pourtant Abraham Kingdon réussit à introduire en 1891 une grande quantité de piastres mexicaines faites d’un alliage bien moins fort en argent (vola kandaonina) que celui légal. Cette entreprise frauduleuse est découverte vers 1893-94 car les pièces, très impopulaires, reviennent à 

3 francs au lieu de 5 francs.

À partir de la conquête, le système monétaire national s’aligne sur celui de la France. Avec l’expédition (1895-96), une quantité de pièces divisionnaires françaises est introduite. Le 12 janvier 1900, un arrêté est promulgué pour le retrait de la monnaie coupée, achetée à raison de 5 francs les 3 grammes. En 1903, une circulaire interdit la circulation des pièces autres que celles françaises. À partir de 1904, le Comptoir national d’escompte de Paris 

procède à l’envoi de monnaies d’argent.

Toutefois, avec la guerre de 1914-18, ces importations sont interrompues et les pièces existantes sont cachées et thésaurisées. « Devant la nécessité de ravitailler la France, la monnaie métallique est remplacée par des billets de banque » (Juliette Ratsimandrava, 1965, Bulletin de Madagascar). Le 16 septembre 1916, les caisses des receveurs des postes sont autorisées à mettre des timbres-monnaies pour remédier à la pénurie des pièces. Ils sont collés sur un carton portant au verso l’image d’un chien (vola alika), puis en 1917, d’un bœuf (vola omby) pour éviter toute fraude. De leur côté, les grandes sociétés émettent des bons de faible valeur pour payer le salaire de leurs ouvriers.

Le 8 août 1920, une loi donne cours légal dans toutes les colonies françaises aux monnaies de nickel. Il en est de même le 

2 juillet 1924 avec les jetons en bronze d’aluminium des Chambres de commerce. En 1926, les billets de la Banque de France sont retirés de la circulation et on connaît un début d’organisation interne: les pouvoirs publics créent une banque qui peut exercer le rôle de banque privée de dépôts, mais qui reçoit la mission particulière d’émettre les billets locaux. Il s’agit de la Banque de Madagascar et les pouvoirs publics exercent certains droits sur elle. Le 10 août 1943, le gouvernement de la France Libre autorise l’émission pour l’île des pièces de la Croix de Lorraine de 50 cent et un franc, les premières à porter la mention Madagascar. Elles sont fabriquées à Pretoria et circulent jusqu’en 1848, année de l’apparition de l’unité monétaire « franc des Colonies françaises d’Afrique », CFA, dont la valeur est fixée à 1,70 fr métropolitain et 10 fr, qui durent jusque vers 1970.

En 1950, le privilège d’émission de la Banque de Madagascar est renouvelé pour dix-sept ans. Mais avec l’accession à l’Indépen­dance, le gouvernement confie ce privilège à un établissement public, l’Institut d’émission malgache créé en 1962. L’unité monétaire qui garde la valeur du franc CFA, prend désormais le nom de franc malgache, FMG

L’avènement de la République malgache, le 14 octobre 1958, est précédé du référendum constitutionnel le 28 septembre : le Oui l’emporte à 77% des votants et la Grande île recouvre l’indépendance mais dans la Communauté. 

Indépendance politique certes, mais du fait des accords de coopération, la plupart des dirigeants,  du sommet de l’État aux directeurs généraux des organismes stratégiques, héritent de conseillers et d’assistants techniques français et les réserves extérieures sont gérées par la Banque de France. C’est pour libérer ces domaines stratégiques afin que Madagascar recouvre complètement sa souveraineté par l’indépendance économique qu’éclatent les évènements de mai 1972, précédés du mouvement d’avril 1971 dans le Sud. 

 

Pela Ravalitera

 

Lundi 12 août 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article

BOTOU 05/01/2017 07:53

JE DONNE MON ADRESSE APRES SI VOUS ACCEPTER MON PROPOSITION AFFAIRES DE POIGNION

BOTOU 05/01/2017 07:49

JE VEUX QUE VOUS ME DONNER DES ECHANTILLONS DE PAPIER OFF SET