2013-09-04 Pierre de Chevigné relance le Fokonolona

Publié le par Alain GYRE

Pierre de Chevigné relance le Fokonolona

 

Par Pela Ravalitera

 

Si Pierre de Chevigné,,  haut commissaire de la République française à Madagascar et Dépen­dances, débarque le 21 janvier 1948, sa première déclaration officielle ne se fait que quelques semaines plus tard devant l’Assemblée représentative. 

C’est le 31 mars, à l’occasion de l’ouverture de la session ordinaire de la Chambre.

Aussitôt, il résume en quelques mots sa mission : 

« Mettre un terme aux épreuves que subit aujourd’hui la Grande île, panser les plaies, donner au Territoire une vie et une santé nouvelles… J’aborderai ma tâche sans idée ou système préconçu, avec une seule préoccupation : toujours agir au mieux des intérêts de Madagascar et de l’Union française.»

Pour y arriver, il compte briser tout intérêt particulier qui s’oppose à l’intérêt général, interdire toute politique partisane, quitte à sévir contre tout ce qui pourrait y ressembler car seule une politique sera appliquée, 

« celle de la France et de l’Union française » !

Son action commencera par rétablir une confiance mutuelle entre les populations  malgaches et françaises. Il tient à rassurer d’abord la première que la France ne confond pas l’ensemble du peuple malgache avec « les insensés qui portent la responsabilité écrasante de la vague d’anarchie et de crimes, qui a pu un moment faire croire à certains que la civilisation ne pourrait s’enraciner et prospérer dans le sol de la Grande île ». Il se réfère ainsi aux insurgés de 1947.

Il promet également à la communauté française en particulier, européenne en général, que « l’Administration, l’Armée, la Colonie ont trop fait pour Mada­gascar pour que, dans un moment de défaillance, leur œuvre soit abandonnée ou même compromise ».

Abordant l’évolution politique du Territoire, Pierre de Chevigné indique qu’un bond en avant est constaté depuis quelques années dans les institutions politiques de l’île. 

Évolution qui s’est néanmoins faite « en sens inverse de celle des grands pays démocratiques, tels que la France et l’Angleterre ». 

Dans ces pays, le citoyen commence à prendre conscience de ses droits et responsabilités au sein de sa commune, dans sa ville. « La première des libertés dont il a joui, fut la liberté communale. »  Il débute en gérant les intérêts locaux, puis provinciaux. « Ce n’est qu’à la fin de leur évolution politique que les citoyens de ces grands pays démocratiques sont intervenus dans la direction des affaires de l’État par la création de Parlements nationaux. »

Au contraire, le peuple malgache a au Parlement français des représentants , « qui tranchent des intérêts suprêmes de la Métropole et de l’Union française », sans intervenir dans la gestion des collectivités locales, c’est-à-dire de ses intérêts personnels immédiats. 

« Ceux-là sont gérés par voie d’autorité par des fonctionnaires sur la désignation desquels il n’a rien à dire. C’est un contre-sens », martèle le haut commissaire qui promet de le supprimer.

C’est ainsi, que traçant brièvement l’objectif de son programme, il mentionne la prise de responsabilité, si petite soit-elle, de tout Malgache dans les affaires de la collectivité locale, la suppression de « tout écran » existant entre les chefs de district et la population. « Je veux redonner une vie réelle aux Fokonolona. Ce ne sera pourtant pas une tâche facile. »

Esquissant son projet de gouvernement, qui se réalisera sous le signe du réalisme, il déclare en substance : « Il est impossible de prévoir un régime uniforme pour toute l’île. Il nous faudra faire preuve d’empirisme et de souplesse pour nous adapter aux conditions régionales. »

Clôturant ce chapitre, Pierre de Chevigné promet « que le peuple malgache continuera à progresser sur sa route, fraternellement aidé par la France. Certes, ces derniers temps, il a dû faire halte par la faute de ceux qui, jouant les apprentis sorciers, ont plongé une partie de l’île dans une anarchie génératrice de crimes et de ruines qui, à tous sans exception, n’a apporté que du malheur. »

 

 

Mercredi 04 septembre 2013

L’Exoress

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article