2013-09-06 Aucune discontinuité raciale en Imerina

Publié le par Alain GYRE

Aucune discontinuité raciale en Imerina

 

Par Pela Ravalitera

 

«La population de l’Imerina   ne présente aucune discontinuité raciale depuis son origine», affirme l’historien Edouard Ralaimihoatra dans le Bulletin de Madagascar de janvier-avril 1948. Pourtant des auteurs appuient cette thèse. 

Ainsi des Grandidier qui atténuent toutefois leur point de vue en supposant que les Hova- terme qu’ils considèrent comme désignant les Merina et non une caste roturière-, plus précisément les souverains de l’Imerina sont issus de croisement entre Vazimba et Javanais.

Ces derniers, rejetés par un naufrage sur les côtes malgaches, «  à une époque vieille de quelques siècles », sont refoulés presque aussitôt dans le centre de l’île où vivent déjà les Vazimba. 

D’après E. Ralaimihoatra, « rien ne laisse croire à une brutale apparition de ces naufragés javanais en Imerina au temps d’Andriamanelo ». Ce dernier serait, selon Grandidier, né d’une mère vazimba et d’un père javanais.

En outre, les partisans de la distinction ethnique entre les Vazimba et les Hova sont impressionnés par le changement politique au XVIe  siècle, assimilé à une « substitution de l’ordre à l’anarchie ». Ils fondent sur ce changement « la disparition des Vazimba devant les Hova ». 

Julien comme Rusillon avant lui, rapproche les Vazimba des Wazimba africains de Zanzibar. « Ce rapprochement des  deux mots, Vazimba et Wazimba, est singulièrement spécieux pour démontrer l’origine africaine des premiers habitants de l’Imerina », commente E. Ralai­mihoatra.

Pour lui, le canal de Mozambique a toujours été une barrière maritime entre l’Afrique et Madagascar et l’histoire démontre que les premières installations vazimba dans l’île se situent sur la côte orientale. En tout cas, aucune preuve indiscutable n’est fournie, ce qui laisse inexpliquée l’apparition des Hova en Imerina.

Malzac, dans son ouvrage sur le royaume hova, remarque ce problème. D’abord, il établit que les Hova sont les premiers immigrants malais venus dans l’île, ce qui s’accorde parfaitement avec la linguistique et l’ethnologie. 

À l’instar de Guillain, il croit que les Vazimba sont des « aborigènes ». « Comme les généalogies des souverains de l’Imerina comprennent des rois vazimba et hova, il rejette en définitive la distinction raciale entre eux, conforme en cela avec les documents de Callet. »

Malzac ajoute que l’époque vazimba est celle où un grand  nombre de roitelets se partagent l’Imerina, tandis que l’époque hova correspond aux premières tentatives de regroupement politique. « Ici, les deux termes vazimba et hova n’ont pas un sens ethnique, mais un sens historique. » 

Si l’auteur fait le rapport de cause à effet entre ces tentatives et la disparition du mot vazimba  pour faire place à celui de hova, il ne dit pas par quel processus de langage cette substitution se fait.

D’où, en fait, la question : « Comment la population de l’Imerina a-t-elle changé de nom au cours de l’histoire ? » E. Ralaimihoatra insiste que, quel que soit son nom, vazimba ou hova,  elle est racialement la même, « comme il résulte de la généalogie des souverains de l’Imerina, comme il résulte du fait que les envahisseurs de ce pays vers le Xe siècle étaient des Vazimba stationnés sur la côte Est depuis plusieurs siècles auparavant ».

Cela n’exclut pas la possibilité, à différentes époques, d’un apport de sang nouveau à la population ; « apport qui lui a permis d’acquérir et de développer de nouveaux caractères anthropologiques », comme le prouvent les diversités physiques actuelles des Hova. Mais cette évolution ethnique se fait doucement.

Avant de conclure ce chapitre, E. Ralai­mihoatra se penche sur l’origine, « douteuse », des Vazimba. Se référant aux « Relations de Java » (1645) de l’explorateur hollandais Van der Steel qui signale qu’au moment de son extinction une race javanaise connue sous le nom de Vazimba se disperse dans l’océan Indien, il se demande si ceux de Madagascar n’en seraient pas des descendants directs.

 

 

Vendredi 06 septembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article