2013-09-07 « Un peuple ressuscitait en Imerina »

Publié le par Alain GYRE

« Un peuple ressuscitait en Imerina »

 

Par Pela Ravalitera

 

L’historien Edouard Ralaimihoatra,  dans une étude publiée dans le Bulletin de Madagascar (janvier-avril 1948), se demande comment le nom des habitants de l’Imerina a changé de Vazimba à Hova, au cours de l’Histoire. D’après lui, ils ne le font pas de leur propre gré. 

Se basant sur les « Tantara ny Andriana eto Madagascar » du RP Callet, il rappelle que les Vazimba sont d’abord une race côtière, installée principalement du côté de la baie d’Antongil. 

Inquiets de leur accroissement et de leur évolution, leurs voisins luttent contre eux, les malmènent, les pourchassent : ils prennent le parti d’émigrer. 

Certains franchissent le seuil de l’Androna par Mandritsara et gagnent la région occidentale où ils ne sont pas plus heureux avec les Sakalava.

« Mais la plus grande masse des Vazimba alla se réfugier dans le centre montagneux de Madagascar, région alors inhabitée, inexplorée. » Cette infiltration vers l’intérieur, en passant par la seconde falaise orientale (de Mandritsara vers le Sud), se situerait du Xe au XIIIe siècle (Malzac). 

Au cours de ce périple, ils perdent leur cohésion, ce qui expliquerait l’oubli progressif de leur nom ethnique Vazimba par les races côtières. 

Ils apparaissent en Imerina au XIIe-XIVe siècle où, petit à petit, ils reprennent leurs habitudes sédentaires « pour découvrir les meilleurs sites où ils allaient s’installer et auxquels ils ont donné leurs noms ».

« Ils essuyèrent les pires épreuves pour subsister sur une terre vierge, pays de marécages et de forêts. Bon nombre d’entre eux périrent dans l’abandon : tels les Vazimba very tantara (ceux dont l’histoire s’est perdue). » 

Callet donne un sombre tableau de cette lutte contre la nature, si pénible qu’elle détermine le Vazimba Andrianoranorana « à reprendre le chemin de Maroantsetra ».

Les Vazimba sont aussi divisés  durant leur migration qu’à leur arrivée en Imerina. Établis sur les collines habitables par groupes isolés, dans l’espace limité par le massif de l’Ankaratra, l’Ikopa et la grande forêt de l’Est, leurs clans sont indépendants les uns des autres. Chacun obéit à son chef à la fois naturel et religieux, jusqu’à ce que, installés depuis deux ou trois générations, ils restaurent le principe du droit d’aînesse, « sans doute un principe coutumier de la race, compromis comme son unité au cours de la migration ».

Cette restauration prépare le regroupement des Vazimba sous l’égide de ceux d’Ampandrana, qui donnera la dynastie régnante de l’Imerina. 

Les documents de Callet l’appellent le « Fanjakana ifanaovana » : c’est l’organisation monarchique selon laquelle les cadets de la famille s’effacent devant le premier né qui obtient la direction du clan.

Plus tard, Rangita d’Imerimanjaka (qui, pour des auteurs comme Edouard Ralai­mihoatra contrairement à d’autres, est la mère de Rafohy et non sa fille), issue en ligne  directe des Vazimba d’Ampandrana, institue le « Fanjakana arindra ». 

Véritable droit d’accession à la dignité royale, il stipule qu’ « Andriamanelo devait succéder à sa mère Rafohy et transmettre ultérieurement le pouvoir à son jeune frère Andriamana­nitany ».

« Le Fanjakana arindra marque la seconde étape de l’acheminement des Vazimba vers leur unité ethnique, dans le cadre de l’unité géographique de l’Imerina. » Les Vazimba se regroupent donc de nouveau.

« Un peuple ressuscitait en Imerina. Le fait n’a pas manqué de répandre ses échos parmi les races côtières qui, ayant oublié les Vazimba qu’ils avaient chassés ou combattus plusieurs siècles auparavant et ne sachant quel nom donner à ce nouveau peuple, les appelèrent les habitants de l’hinterland, les Tankova, les Hova. » 

C’est ainsi que le mot Hova se serait substitué au terme originel vazimba, pour désigner la race de l’Imerina dans les documents et la tradition.

 

 

Samedi 07 septembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article