2013-09-09 Une mutation lente et progressive

Publié le par Alain GYRE

Une mutation lente et progressive

 

Par Pela Ravalitera

 

Malzac, dans son « Histoire du royaume hova », entrevoit un rapport de cause à effet dans le phénomène de substitution terminologique lorsque les Vazimba commencent à se regrouper. 

Mais « la restauration de l’unité des Vazimba montre que ces derniers ne sont pas brutalement passés du désordre à l’ordre », écrit Edouard Ralaimihoatra dans une étude publiée dans le Bulletin de Madagascar (janvier-avril 1948). Il ajoute que cette transition se fait à travers le « Fanjakana ifanaovana » et le « Fanjakana arindra » (lire précédente Note).

Regroupés, les Vazimba se voient appelés Hova, terme qui apparaît pour la première fois dans les documents relatifs au règne d’Andriamanelo. Celui-ci, fort de l’institution du « Fanjakana arindra », entreprend d’éliminer d’autres chefs vazimba et de se substituer à eux. 

Callet parle des guerres d’Andriamanelo en ces termes : « Les Vazimba vaincus grâce aux sagaies fabriquées pour les combattre, s’en allèrent» (traduction de E. Ralaimihoatra).

S’appuyant sur ce passage, Malzac et d’autres historiens considèrent les guerres d’Andriamanelo comme une opération pour refouler les Vazimba. 

Or, ce souverain a lui-même une ascendance vazimba. Aussi ses conquêtes ne visent-elles « qu’à évincer des chefs de clans rivaux et non à chasser la race vazimba ». Ils passent sous le pouvoir d’Andriamanelo.

Selon E. Ralaimihoatra, les erreurs d’interprétation portent surtout sur une phrase de Callet où figure le mot hova. Les partisans de la distinction ethnique entre Vazimba et Hova y voient sa confirmation : « Il (Andriamanelo) plaça des Hova là où il y avait des Vazimba » (traduction de E. Ralaimihoatra). 

« Hova et Vazimba n’expriment pas une opposition raciale dans ce texte. Vazimba désigne le clan annexé par le vainqueur, Hova ceux qui ont combattu avec lui. La présence du mot hova dans ce passage est le fait du chroniqueur Callet ou de ses informateurs qui, postérieurement aux évènements qu’ils  rapportent, ont, volontairement ou non, souligné par là la portée historique des guerres d’Andriamanelo. »

Ainsi, autrement dit, selon E. Ralai­mihoatra, la phrase signifie : « Andriamanelo plaça des partisans à lui parmi ceux qu’il avait vaincus et débarrassés de leurs chefs. »

Par la suite, le mot vazimba pour désigner la population de l’Imerina est de moins en moins usité et il acquiert « divers sens qui portent l’empreinte du temps et de la superstition ».

Pour avoir été longtemps les adversaires des successeurs des Vazimba d’Ampandrana, « Andriampirokana et son clan sont devenus particulièrement célèbres et ont passé pour les seuls Vazimba authentiques de l’Imerina ».

Cette tradition leur vaut un culte durable grâce auquel leurs descendants perpétuent « le refus de ses soumettre au pouvoir monarchique ». Cependant, d’autres chefs de clans primitifs sont aussi l’objet d’un culte. « À commencer par les fondateurs de la dynastie royale. »

Dans la croyance populaire, le culte généralisé des Vazimba les a transformés en « forces invisibles, méchantes, réfugiées dans les endroits peu fréquentés », comme les sources et les vallons. 

Et la religiosité des habitants de l’Imerina contribue à faire évoluer le sens du mot vazimba : celui-ci finit par caractériser ce qui est ancien, délaissé.

C’est ainsi que l’on peut interpréter « l’emploi du mot vazimba lorsqu’il désigne les groupes humains composites de l’Ouest de Madagascar », dont Birkeli rend compte dans un mémoire communiqué à l’Académie malgache.

« Le même sens se retrouve dans l’expression  utilisée en Imerina : Fasambazimba, tombes de Vazimba. » Ce sont des tombes abandonnées, 

« primitivement celles des chefs de clan évincés, plus tard, celles que personne n’entretient ».

 

 

Lundi 09 septembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article