2013-09-10 Les débuts difficiles du Service géographique

Publié le par Alain GYRE

Les débuts difficiles du Service géographique

 

Par Pela Ravalitera

 

Vers la fin du XIXe siècle,  aucune carte (géographique) n’existe sur Madagascar. Déjà, pour envahir la Grande île, la France recourt à des explorateurs qui font des levés, surtout pour leurs propres recherches, tels Alfred Grandidier. 

Aussi, l’activité à ses débuts est-elle d’ordre purement militaire, c’est-à-dire  de rapides levés d’itinéraires, des croquis expédiés, généralement exécutés par des gens dont tous sont loin d’être des spécialistes. Dans tous les cas, « la bonne volonté, le courage suppléent aux connaissances techniques et plus encore aux moyens techniques », critique Jean Goevaers, ingénieur en chef géographe, chef du Service géographique de Madagascar après la Seconde guerre mondiale. Puis la situation se stabilise, la sécurité s’étend. 

« On rassemble la collection hétéroclite des croquis,   on accroche tant bien que mal à des points astronomiques, déterminés soit par les marins soit par les premiers techniciens géographes arrivés sur place. On bouche les trous comme on peut, avec de simples renseignements le plus souvent… »

À l’époque, spécifie l’ingénieur géographe en chef, le Service géographique militaire vient d’être créé. Le résultat de son travail 

« n’est pas un monstre », mais c’est une première ébauche de la carte générale du pays. En gros, cela dit où sont les rivières, les montagnes et les centres importants. « Il arrive même que le tout soit bien dessiné, un peu trop bien dessiné, car une carte bien dessinée inspire confiance ! »

Entretemps, l’économie prend son essor. Les grands services publics et administratifs s’organisent, absorbant de gros crédits et ayant des effectifs relativement nombreux. Leurs activités nécessitent  « une carte de base », fond indispensable aux différents « types de cartes ».

Dresser une carte régulière satisfaisant à tous les besoins, exige  pourtant du temps, dont la Colonie est loin de disposer vu l’urgence de tout le travail qui l’attend. Et selon Jean Goevaers, il n’existe alors que deux solutions, la mauvaise et la bonne. Il précise que c’est la première qui est généralement employée.

Le Service géographique s’attache en premier lieu à la confection d’une carte régulière à plus ou moins grande échelle, du pays. « Il fait souvent de la très bonne, de la belle carte. Et ce travail, cependant, n’intéresse pas grand monde. » Ce qui se comprend, car avec les moyens dont il dispose, son travail est infime et on peut satisfaire les demandes en « cartes régulières ».

Et s’il faut augmenter ces moyens dans des proportions considérables, on aura tendance à réduire les moyens du Service géographique. « On parle même de le supprimer. »

La carte régulière au 1/100 000e de Madagascar comporte 488 feuilles. De 1927 à 1947, soit en vingt ans, on en a levées 30 en travaillant avec un rendement en surface par opérateur légèrement supérieur à celui qui est obtenu en France. « Ceci porte donc à 320 environ le nombre des années nécessaires pour achever l’œuvre !»

Pendant tout ce temps, les grands services et les grandes sociétés privées, sans parler des simples particuliers, se passent de toute représentation du terrain et l’économie de leurs activités s’en ressent. Sinon, « ils se mettent à dresser eux-mêmes des cartes » et dans ce cas, ils ne représentent que ce qui les intéresse ; ou ils utilisent les travaux antérieurs, même imparfaits du Service géographique lorsqu’ils existent, mais dans ce cas, ils s’abstiennent de le citer !

Jean Goevaers cite alors un exemple. « On a proposé au Service géographique de Madagascar l’impression d’une carte touristique où, certes, la quantité de renseignements routiers ne venaient pas de lui, mais où, dans la légende, son nom n’était même pas mentionné, alors que toute l’ossature géodésique de l’île, au moins, sans laquelle la carte eût été impossible, est son œuvre. »

 

 

Mardi 10 septembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article