2013-09-11 Antananarivo, au cœur du commerce malgache

Publié le par Alain GYRE

Antananarivo, au cœur du commerce malgache

 

Par Pela Ravalitera

 

L’ouverture des voies de communication vers les provinces et régions,  au début du XXe siècle, transforme complètement le rôle commercial d’Antananarivo, jusque-là assez limité. En 1950, la capitale prend sa véritable place en tant que principal centre des affaires de l’île.

Le Pr Charles Robequain, dans son ouvrage sur « Tananarive, une capitale montagnarde en pays tropical » (1949) résume : « On peut s’étonner de cette primauté en considérant l’éloignement de la mer et d’une grande voie navigable, les difficultés d’accès causées par le relief. Mais Tananarive commande la région la plus peuplée de l’île. C’est une ville de 200 000 âmes dans une province qui en compte 900 000. Bien plus, par son association avec Tamatave et le développement des systèmes ferroviaire et routier, elle se trouve régler le trafic de la plus grande partie des Hautes-terres, d’une superficie comptant environ le tiers de la population de l’île, et le tiers le plus doué, le plus évolué, le plus laborieux. Tananarive au milieu de cette masse de producteurs et de consommateurs était bien placée pour concentrer et pour distribuer. »

L’économiste Henri Fournier (« Le Zoma d’aujourd’hui »), de son côté, indique : « Au fur et à mesure de sa croissance, la ville a dû faire appel à des régions de plus en plus éloignées pour assurer son ravitaillement. Le temps est loin où nobles et propriétaires vivaient des redevances qu’on leur apportait. Il faut maintenant échanger, et pour obtenir ce dont elle a besoin, la ville doit proposer à ses fournisseurs des marchandises contre lesquelles ils consentiront à livrer leurs produits. De là est né un double mouvement d’échange : de l’extérieur vers la ville, ce qui est nécessaire à la vie quotidienne de la population et à l’activité de ses industries, denrées alimentaires ou matières premières ; de la ville vers l’extérieur : produits fabriqués par elle ou importés, ou bien services qu’elle offre aux ruraux. »

À ce mouvement des marchandises correspond un mouvement de voyageurs qui viendront régler leurs affaires à Antananarivo. Le ravitaillement en denrées alimentaires est le plus important, aussi bien en quantité qu’en valeur, et les commerçants du secteur sont les plus importants : 40% de la totalité soit 2700.

Hormis un marché quotidien sur l’esplanade d’Analakely, celui du vendredi, le Zoma, attire chaque semaine plusieurs milliers de marchands « forains » et souvent « plusieurs dizaines de milliers de chalands ». Tous les produits y sont exposés, depuis les fleurs et les légumes jusqu’à l’ameublement et la confection. Aussi le nombre des commerçants d’Antananarivo est-il en progression continue. Il est passé de moins de 300 en 1900 à 6 348 en 1951.

Le riz, nourriture fondamentale des Malgaches et matière première pour l’industrie, tient le premier rang parmi les produits commercialisés. On évalue alors à 25 000 tonnes la quantité de paddy traitée par les rizeries de la ville. Cela représente à peine les deux tiers de la consommation totale. Le reste provient du riz pilonné par les habitants et des rizeries fonctionnant dans les autres villes de la province comme Antsirabe et les régions côtières qui envoient quelques milliers de tonnes. Une partie est réexpédiée vers d’autres contrées, notamment à Mahajanga d’où arrive, en retour, le poisson de mer.

Antananarivo est aussi un grand marché de produits d’élevage. L’Imerina occidental- plus exactement l’Itasy et l’Imamo qui font partie de la province- compte parmi les premiers pour l’élevage des bovidés, pratiqué sur le mode extensif par des sociétés européennes et des propriétaires malgaches. Mais dans la périphérie de la ville, on se livre aussi à l’engraissement des bœufs « en fosse » pour la boucherie. 

« La consommation porte sur près de 30 000 bœufs, 25 000 porcs et 15 000 moutons. Deux abattoirs municipaux fonctionnent, dont celui d’Ambohimanarina est spécialisé dans le traitement des porcs et celui d’Androrovy  sacrifie indistinctement tous les animaux de boucherie. »

 

 

 

 

Mercredi 11 septembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article