2013-09-14 Trois secteurs indissociables se stimulant

Publié le par Alain GYRE

Trois secteurs indissociables se stimulant

 

Par Pela Ravalitera

 

Dans les années 1950,  le voyageur qui parcourt la capitale n’est pas obsédé par le bourdonnement des usines et des ateliers. Normale­ment, ils sont presque tous situés sur la lisière ouest (de l’époque) de l’agglomération où se trouvent alors des terrains plats disponibles, à proximité de la voie ferrée. Les progrès de l’industrie sont pourtant assez remarquables durant le second quart du siècle dernier. Parmi les établissements comptant plus de cinq salariés, ceux de l’industrie en emploient près de 7 000, les services groupant hôtels, cafés, restaurants, spectacles, coiffure environ 600, les transports environ 500, le commerce y compris les banques et les assurances près de 2 000.

« Les facteurs de ce développement n’ont rien de mystérieux. La fonction industrielle apparaît comme secondaire à son origine. Elle se greffe sur la fonction commerciale et profite comme cette dernière de la fonction publique. Puis, ces trois sortes d’activités s’excitent et se fortifient l’une l’autre » (Revue de Madagascar, spécial »Tananarive », 1952).

Les industries de la capitale traduisent « la croissance d’une grosse agglomération urbaine en bordure d’un terroir agricole relativement riche et peuplé, et à proximité de vastes pâturages ». Le terroir envoie ses produits bruts, mais aussi ses excédents de main-d’œuvre et la ville « emploie ceux-ci à la transformation de ceux-là » pour sa consommation personnelle et pour l’exportation plus ou moins lointaine.  

Les industries de l’alimentation sont certainement les premières concernant la valeur du produit. Quant à l’importance du personnel employé (1 600 personnes), elles ne sont dépassées que par les entreprises du bâtiment et des travaux publics. « Les rizeries mécaniques, distilleries, fabriques de produits dérivés du manioc voient leur nombre augmenter depuis la première guerre mondiale ; la même entreprise traite souvent à la fois le riz et le manioc pour diminuer la durée des périodes creuses. »

À la même époque se développe l’industrie de la conserve pour les fournitures à l’intendance militaire : conserves de bœuf surtout, mais aussi de porc et de saindoux. La principale est la Société industrielle et commerciale de l’Emyrne à Soanierana. Et pendant la dernière guerre, la production de l’huile par traitement de l’arachide et aussi du coprah des régions côtières, croît également. Celle du savon y est souvent jointe.

Parallèlement, les peaux de bœuf sont exportées, depuis longtemps d’ailleurs, après séchage et traitement sommaire à l’arsenic ou au sel dénaturé. Jadis, la peau des bestiaux est mangée avec la viande. Mais dès la fin du XIXe siècle, les cordonniers tananariviens fabriquent des chaussures d’assez bonne apparence avec du cuir mal tanné. Les nouveaux besoins malgaches, ceux de la ville surtout, et aussi les demandes de l’armée favorisent la création de tanneries, fabriques de chaussures, maroquineries (700 ouvriers). 

L’extension de la ville expli­que l’essor des industries du bois (un demi-millier d’ouvriers), de celles du bâtiment et des travaux publics (près de 2 000 ouvriers). Elles exigent des importations plus lointaines de bois des forêts de l’Est, sinon de ciment, de fers de tuyauterie, de vitres, etc., de l’étranger. « Elles ne limitent pas leur activité à la satisfaction des besoins urbains, mais expédient leurs produits et parfois leurs techniciens loin de la capitale. »

Les industries mécaniques et électriques (plus de 1 500 salariés) embrassent des entreprises assez variées : la Compagnie des eaux et électricité de Madagascar, à la fois productrice et distributrice, de nombreux ateliers de petite mécanique et de réparations etc. 

Le groupe des industries textiles paraît insignifiant vis-à-vis des besoins de la ville et de la région (200 salariés) : tissage de fibres locales (paka) pour la fabrication de sacs, confection de vêtements avec des étoffes importées. Le tissage familial du coton et de la soie a entièrement disparu !

Les entreprises d’imprimerie (une vingtaine d’établissements employant 600 salariés, non compris l’Imprimerie officielle) traduisent le rôle politique et culturel d’Antananarivo.

 

 

 

 

Samedi 14 septembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article