2013-09-16 Notes du passé: La Traite, seule opération d’export sous la royauté

Publié le par Alain GYRE

La Traite, seule opération d’export sous la royauté

 

Par Pela Ravalitera

 

Formant la quatrième  et dernière classe de la société en Imerina et au Betsileo, les Andevo « constituaient bien moins une caste qu’une catégorie de gens de peine de tout homme libre, Andriana ou Hova », explique Régis Rajemisa-Raolison dans son « Dictionnaire géographique et historique de Madagascar ». L’auteur distingue alors trois sortes d’Andevo en Imerina: « Les Zazahova, Andriana ou Hova ayant perdu leur liberté par suite de crimes ou de dettes, les prisonniers faits à la guerre et les esclaves étrangers, Makoa et Masombika. »

Aux Andevo sont réservées toutes les corvées de la maison, des champs ou du portage. D’après Régis Rajemisa-Raolison, leur condition est loin d’être dure même s’ils sont punis du fouet en cas de faute. D’ailleurs, les esclaves de la maison sont considérés, à bien des égards, comme membres de la famille, d’où l’expression familière dont on les désigne, « ankizy » ou enfants « les assimilant, pour ainsi dire, aux enfants de la maison ».

La traite des Andevo, « pratiquée beaucoup moins à l’extérieur qu’à l’intérieur », est l’une des plaies de la société malgache et, certainement, la réduit considérablement. Cependant, elle constitue à l’époque le seul commerce extérieur de l’île et a un marché très bien fourni et achalandé à Antananarivo. 

C’est de ce trafic humain que le souverain, ses nobles andriana et ses commerçants hova tirent leurs ressources en devises, évaluées en piastres d’argent. Cette masse exportable est surtout faite de Zazahova. D’où le nom Ampamoizankova (où l’on perd les Hova), derniers endroits où ils peuvent apercevoir la capitale alors qu’ils sont en route pour les ports de leur embarquement.

Tous les moyens sont bons pour se procurer cet objet commercial. Des expéditions guerrières sont menées contre les villages ennemis ou rebelles à la fin desquelles les gens, en état de marcher, sont acheminés jusqu’à la côte, liés les uns aux autres par longues files. « Quant aux incapables, infirmes, femmes n’ayant plus de charmes et enfants qui vacillent, souvent, sans pitié, ils étaient passés à la sagaie » (Bulletin de Madagascar, spécial Tananarive, 1952).

Ces mœurs persistent tout au long du XIXe siècle et l’histoire relate la confession publique des chrétiens ordonnée par Ranavalona 1ère qui entraîne, le 12 mars 1858, la mise en vente comme esclaves de 5 000 d’entre eux. En général, les tractations fréquentes et nombreuses portent sur plusieurs milliers d’individus, sous réserve de l’acquittement d’un droit de deux dollars et demi par tête, au profit du Trésor royal. « La prospérité du vieux Tananarive fut, pour cette raison, souvent scellée de larmes et de sang. Ceci dura jusqu’à ce que l’exportation du bétail ait supplanté celle de l’homme. »

Tout au long du XIXe siècle, des efforts sont menés pour supprimer l’esclavage. Le premier des principaux actes concernant la traite remonte au 23 octobre 1817 entre Radama 1er et le gouverneur de Maurice, Sir Robert Farquhar. Le second date du 11 octobre 1820, toujours entre les deux personnalités, car le général Hall, successeur intérimaire de Robert Farquhar, n’a pas observé le premier traité signé.

Les deux  accords ne visent que l’exportation d’Andevo. Il faudra attendre 1869 pour voir l’interdiction de l’importation d’esclaves, notamment des Makoa. Elle est stipulée par un traité contresigné par Rasoherina et l’Angleterre. Comme elle n’est pas sérieusement observée, la reine doit publier une loi le 2 octobre 1874 prévoyant de « sévères sanctions contre qui enfreindrait la défense » et libérant tous les Makoa introduits depuis dix ans dans l’île. Trois années plus tard, elle renchérit en élargissant tous les Makoa ou Masombika.

Cependant, la population continue à faire la sourde oreille, quand elle ne se livre pas à des manifestations tumultueuses du genre de celle qui retentit dans le temple d’Ampamarinana, durant le prêche antiesclavagiste du Rev. Standing.

Quant à la condition d’Andevo à l’intérieur, elle n’est abolie que l’année même de l’annexion de Madagascar, le 26 août 1896.

 

 

Lundi 16 septembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article