2013-10-02 Notes du passé: Éviter les rivalités religieuses dans le royaume

Publié le par Alain GYRE

Éviter les rivalités religieuses dans le royaume

 

Par Pela Ravalitera

 

Quoiqu’ait pu répondre Radama 1er à l’abbé Pastre, concernant la venue de missionnaires catholiques français dans son royaume, à ses yeux indifférents et « au peu de cas qu’il faisait de la religion et de toute autre forme de superstition » (Pierre Lintingre, Bulletin de Madagascar, octobre 1967), il y a assez de place pour plusieurs religions dans son vaste pays que ses conquêtes ne cessent d’agrandir.

S’il considère indésirable la présence de missionnaires catholiques à Madagascar, après avoir permis la libre circulation aux missionnaires protestants, c’est « par souci de ne pas se laisser enfermer dans des rivalités religieuses venues d’Outre-mer, auxquelles il ne comprenait que peu de choses et dont il s’efforça toujours de se tenir à l’écart» (Jean Valette, archiviste-paléographe). D’ailleurs des questions se posent sur les véritables motifs qui amènent Radama à accorder une pleine liberté et protection aux étrangers qui professent la religion protestante.

Certes, il précise que ces missionnaires ont pour mission d’instruire ses sujets « dans leur religion », mais quand Farquhar se fait pressant sur ce point, il lui répond sans détour (juin 1821).

« … Quant à l’article de votre lettre où vous me parlez pour la religion, rien n’est plus naturel ; mes sentiments s’accordent parfaitement avec les vôtres… Mais cela ne peut se faire avant d’apprendre à travailler à mon peuple qui, lui-même, reconnaissant ce qu’il aura appris et désirant acquérir d’autres connaissances, ne manquera pas de se rendre à tout ce qu’on voudra lui apprendre à connaître. Mais avant tout, les métiers et les arts doivent être, pour le moment, la chose la plus à considérer et en même temps, la plus urgente. »

C’est du reste ce que l’abbé Pastre demande à Radama : l’ouverture d’écoles en Imerina par des religieux catholiques et français. Douze ans plus tard, Mgr de Solages ne demandera pas autre chose à Ranavalona 1ère : l’autorisation pour les Filles de la Mère Javouhey de fonder un établissement à Madagascar. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit de préluder à une pénétration spirituelle, en jetant les bases d’un enseignement catholique.

De toute façon, la mission du Rev. David Jones est d’apprendre aux Malgaches les « sciences et les arts » propres à avancer la civilisation dans leur pays. Et de fait, dès le 8 décembre 1820, il ouvre une école où il a pour élève, entre autres fils de famille, le propre neveu du roi, l’héritier du trône, Ramboa­salama (avant la naissance de Radama II). 

Avant l’arrivée de ces Euro­péens, Radama a bien spécifié à son peuple, en substance : « Je veux faire venir les Vazaha pour équiper et instruire nos soldats qui seront les cornes du pays et de l’État. » Mais la Société des missions de Londres envoie pour aider Jones dans son œuvre éducative, un charpentier, un forgeron, un tisserand et un tanneur-cordonnier. Puis viendront en 1826, deux autres ouvriers missionnaires, Cameron qui formera des artisans malgaches, et l’imprimeur Hovenden en 1827.

D’après Pierre Boiteau (« Contribution à l’Histoire de la nation malgache », 1958), « l’envoi de missionnaires chrétiens correspondait dans l’esprit des dirigeants politiques britanniques, à des buts parfaitement concrets, dissimulés sous un couvert philanthropique ». Plus précisément, « l’introduction de la religion chrétienne était un moyen détourné de faire pénétrer l’influence étrangère ».

Et Georges Goyau renchérit : « C’est assurément pour des raisons politiques beaucoup plus que pour des raisons religieuses, que Farquhar orientait vers cette terre (Madagascar) les regards de ses coreligionnaires. »

Et Jean Valette de soutenir : « Derrière des conceptions humanitaires qui n’en existent pas moins, se cachaient des desseins politiques plus complexes qui utilisaient habilement les premières. Les conseillers anglais de Radama (…) glissaient des visées plus politiques l’amenant par ses conquêtes (…) dans le but avoué de punir toute tentative d’exportation d’esclaves, à contrecarrer les pénétrations françaises.»

 

 

 

 

Mercredi 02 octobre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article