2014-03-06 La migration économique interne encouragée

Publié le par Alain GYRE

La migration économique interne encouragée

 

06.03.2014

Notes du passé

 

 

Comme la première quinzaine de mars 1974, la deuxième moitié du mois est riche en actualités diverses et variées.

 16 mars : Le gouvernement du général Gabriel Ramanantsoa fait bénéficier aux petits personnels du privé et du public, une augmentation sensible de leurs salaires. Cette mesure découle d’une promesse faite par le chef du gouvernement de donner la priorité aux « deuxièmes classes » et non aux gradés et aux officiers dans l’obtention des bienfaits qui résultent de l’œuvre de redressement national.

 18 mars : Dans son discours d’ouverture des travaux du Comité national permanent, le Dr Rémi Tiandraza met en lumière les principaux objectifs de la Direction de la population : « Rechercher le bien-être physique, mental, social de la famille. »

 19 mars : Clôture des travaux de la Communauté évangélique d’action apostolique, réunie à Ilafy depuis le 17 mars, pour réfléchir sur le rôle exact de l’évangile dans le développement social, économique et culturel du monde d’aujourd’hui. La CEVAA groupe 23 Églises d’Afrique, de Madagascar, du Pacifique et d’Europe.

 Au cours d’une tournée faite à Talata-Volonondry, le colonel Richard Ratsimandrava, ministre de l’Intérieur, stigmatise les  « marionnettes du néocolonialisme » et les « hommes de paille des capitalistes » qui sabotent l’économie malgache. Il rappelle que le rôle des Fokontany n’est pas seulement administratif, mais est très varié : économique surtout, juridique, etc. Il invite tous les Fokonolona à créer d’urgence les Vatoeka, commissions appelées à être la clef de voûte de la vie économique de la Nation.

 Par ailleurs, vendu aux enchères publiques, l’abattoir de l’AGM (comprendre société américaine, grecque et malgache) à Morondava est acquis par l’État à 400 millions FMG.

 21 mars : À l’occasion de la célébration de la Journée internationale de lutte contre l’Apartheid et la discrimination raciale, le texte d’un communiqué émanant du gouvernement est diffusé par la voie des ondes. Le gouvernement y dénonce les tenants des concepts fallacieux de supériorité raciale.

 Dans le cadre de la célébration de la Journée forestière internationale, Georges Ramanantsoavina, directeur des Eaux et forêts, rappelle sur les antennes de Radio-Madagascar que le gouvernement institue dans chaque village ou chaque Fokontany un comité anti-feu de brousse.

 Au cours d’une visite officielle dans le Nord et le Nord-est, le lieutenant-colonel Joël Rakoto­malala, ministre de l’Information, annonce à Antsi­ranana qu’elle sera la première ville à bénéficier de l’extension en province de la TVM.

 22 mars : Conférence de presse donnée à Antananarivo par l’association 3FM : devenue parti politique, elle répond désormais à l’appellation AMF et se consacre à la lutte pour l’égalité des classes sociales.

 La Cour d’appel rend son verdict sur l’affaire AGM, considérée par beaucoup d’observateurs comme le scandale financier du siècle dans la Grande île. Christos Bacopoulos, vice-président de la société, et Georges Reppas, président-directeur général, sont condamnés respectivement à six ans et cinq ans d’emprisonnement ferme. En outre, tous deux sont condamnés à payer conjointement à l’État malgache, partie civile, des dommages-intérêts d’un montant global de 880 677 889 FMG.

 Au cours du conseil des ministres est, entre autres, pris un décret portant organisation de la migration à Madagascar. Le texte indique et définit le moyen de réaliser une meilleure répartition des terres, le plein emploi et les fonds d’exploitation. Il prévoit aussi l’octroi aux migrants d’indemnités d’installation, de subventions et de prêts.

 23 mars : Le général de division Ramanantsoa préside la réunion annuelle des armées. Elle se tient au camp du Service civique à Analakely.

 26 mars : Au cours d’une conférence de presse donnée au siège de l’AKFM, son président, Richard Andriamanjato tire la sonnette d’alarme : « Méfions-nous, les impérialistes ne sont pas inactifs. Ils opèrent une pénétration militaire dans l’océan Indien, sabotent notre économie… Les colons se réunissent fréquemment pour chercher les moyens de changer le régime actuel.»

 29 mars : A Antananarivo comme partout dans l’île, des offices religieux sont célébrés, commémorant la Journée du 29 Mars 1947.

Notes du Passé

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article